OPINION

Quand la crise sanitaire masque les (vraies ?) urgences

Coalition pour le climat en faveur d'une réduction des émissions de 60 % de la part de l'UE d'ici 2030. d’ici 2030BELGA
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On l’a promis, on l’a juré : on ne fera plus « comme avant ». La crise Covid-19 a été supposée déclencheuse de consciences d’excès, de retour à l’essentiel, de retour à soi. Combien de déclarations citoyennes, journalistiques et politiques, de chansonnettes, pour affirmer qu’on redémarrerait sur des bases plus responsables, en relocalisant les productions, en réduisant les gaspillages, en renouant avec les plaisirs simples et avec la nature, en prenant compte des fragilisés, des métiers essentiels oubliés ou négligés. Que ne s’est-on réjoui d’observer la faune sauvage gagner des espaces urbains, les cartes de pollution changer de couleurs, le silence du ciel sans le maillage aérien, les applaudissements pour les soignants? L’Environnement et le Sociétal : grands gagnants de la Crise ? Really ?

Quel monde reconstruire ? Sur quels modèles ? Plus on a accès à l’information, moins on sait. Les contre-vérités circulent plus vite que les réalités scientifiques. On songera notamment aux attaques anti-véhicules électriques. L’empreinte environnementale, par bilan carbone ou analyse de cycle de vie, objective, n’est toujours pas identifiable par les consommateurs. Il est pourtant un domaine où ça bouge, c’est celui de la pub : environ une pub sur deux contient désormais un message “écologique”. On est devenu les champions de l’écoblanchiment : le SUV à faibles émissions, les placements financiers verdurisés par … des financiers, le matelas et l’ampoule recyclés, les énergies vertes des producteurs de pétrole, le jeans plus « propre », le bio des grandes surfaces, les crevettes durables … Bientôt les bijoux “éthiques” et les fleurs moins “pesticidées”. Tout va être commercialement greenwashé. L’économie a compris que jouer sur les bonnes consciences du développement durable permet de stimuler des nouveaux créneaux de vente. Mais dans le Sens du “toujours plus”.

On tait beaucoup d’essentiel

Dans les faits, la crise Covid-19 a engendré une explosion des achats en ligne, une consommation effrénée de l’internet dont l’empreinte carbone augmente sans fin, la frustration des interdictions des croisières en paquebots polluants ou de vacances all inclusive, havres du gaspi. Au moindre redémarrage économique, on constate les ruées vers le shopping ou vers les parcs animaliers, chantres de l’artificialité avec une nature mise en boîte, renouvelée par inséminations. Des salles de cinéma vides, par force, et des centres commerciaux bondés. Plus discrètement, des budgets Environnement ont été stoppés, “reportés”, au sein d’entreprises qui ont pourtant performé, effet collatéral dont on ne parle pas.

Noyés de news Covid-19, on n’entend plus guère les voix des lanceurs d’alerte, qui appellent au changement structurel. Greta Thunberg génère souvent le rejet, voire la haine. Où sont passés les COP et le GIEC, ou les collapsologues qui avaient prévu la crise actuelle ? Que produisent la Convention Citoyenne française ou l’Affaire Climat ? On interdit des manifestations, on a enfermé nos jeunes qui ont soif de sens et d’espoir. Par ailleurs, qui se préoccupe des effets du Covid-19 en Afrique ? On tait beaucoup d’essentiel. Des citoyens s’émeuvent, mais ils ne sont pas encore assez nombreux à réclamer la protection des générations futures.
L’argent mis dans la crise sanitaire (comme quoi, c’était possible !) n’ira pas dans l’urgence climatique, trop impalpable, malgré les effets quotidiens mondiaux (sécheresse, inondations, effondrement de glaciers, perte de la biodiversité …). Non, l’environnement et le sociétal n’auront pas gagné cette fois. Sans prise de conscience réelle et élargie, on se contentera de poursuivre les “petits pas” politiques.
Il y a tout à parier que dès que les vaccins produiront leurs effets, on reprendra la route … toujours à contresens …
Allez, un petit apéro virtuel pour s’encourager et tromper le danger.

Ir Véronique Waroux
Ingénieure Conseil en Développement durable et Innovation


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •