OPINION

Etre une jeune femme féministe en 2021

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nos vies de jeunes féministes sont toutes différentes mais se rejoignent grâce à des valeurs qui nous unissent en tant que jeunes femmes et même jeunes hommes. Je joue au football, ce sport à une connotation masculine assez forte et est rempli de stéréotypes une fois qu’il est pratiqué par des femmes. Selon moi, on peut facilement faire un parallèle entre les combats féministes en société et ceux dans le football.

Beaucoup d’évènements m’ont marquée et interpellée dans le milieu du sport en général. Ada Hegerberg, joueuse norvégienne, quintuple vainqueur de la Champions League et premier ballon d’or féminin de l’histoire, a décidé de se dresser contre la fédération norvégienne de football en refusant de jouer pour l’équipe nationale tant que les salaires hommes-femmes resteraient inégaux. Ce geste est devenu un symbole dans le monde du sport où de nombreuses athlètes n’ont pas hésité à prendre la parole sur les réseaux sociaux mais pas que !  Ce geste a marqué ma vie de jeune féministe. J’ai vu en cet acte, un symbole de force qui montre qu’à n’importe quelle échelle, on peut essayer de changer les choses sans pour autant militer avec agressivité. Suite à cela, plusieurs athlètes venant de différents sports ont imité Hegerberg, qui elle, a obtenu gain de cause puisque la fédération a décidé de rendre les salaires égaux dans les championnats professionnels norvégiens.

Des personnalités inspirantes

Megan Rapinoe, joueuse américaine double championne du monde, a refusé de se rendre à la Maison Blanche pour y rencontrer Donald Trump après le sacre mondial de 2019. L’équipe américaine a décidé de soutenir son attaquante vedette dans cette décision en refusant elle aussi l’invitation. Megan se bat également pour que toutes les équipes féminines puissent avoir un maillot floqué, tout comme les équipes masculines. Cette femme est très inspirante car elle se bat pour la reconnaissance des femmes dans un milieu principalement masculin. Dans ma vie de tous les jours, je vois de plus en plus de femmes et d’hommes que cela soit sur les réseaux sociaux ou dans le milieu artistique, qui verbalisent cette envie de reconnaissance et de respect de la femme. Ce sont ces personnes qui inspirent les jeunes et qui représentent le nouveau visage du féminisme.

Les langues se délient sur les réseaux

Le féminisme moderne rime avec les réseaux sociaux. Plusieurs comptes Instagram mettent au goût du jour les valeurs féministes et brisent les stéréotypes. « We play strong » est un de ces comptes qui valorisent les femmes dans le sport et démonte les clichés en images.  « Dans la bouche d’une fille » dénonce le sexisme à travers des témoignages de situations du quotidien de jeunes femmes. « Tasjoui » est un compte Instagram dirigé par la journaliste Dora Moutot qui cherche à abolir les tabous de la jouissance des femmes. Le compte « jemenbatsleclito » allie l’humour et les stéréotypes pour amuser leurs abonnés tout en véhiculant une image forte de la femme. Les réseaux sociaux sont une nouvelle facette du féminisme moderne et aident probablement beaucoup de jeunes femmes dans leur quotidien.

Je suis féministe et j’aime voir que même si tout n’est pas encore comme on le voudrait, les choses bougent. Les jeunes femmes ont maintenant des modèles qui, grâce à des gestes forts et des discours engagés, montrent que rien n’est figé et que tout geste compte. Je terminerai en citant Grand Corps Malade : « Veuillez accepter mesdames cette réelle admiration, de votre force, votre courage et votre détermination ».

Bonne journée de la femme à vous toutes.

                                                                                                                         Eléa SCHILLACI
                                                                         Etudiante en Rhéto -Athénée Air Pur (Seraing)

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •