ECONOMIE

La pêche maritime belge a souffert du Covid-19

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’après les chiffres de Statbel, l’institut de statistique belge, les navires belges ont débarqué 7,8% de poissons de moins en 2020 par rapport à 2019, soit un total de 12.588 tonnes. Ils ont représenté un chiffre d’affaires de 56,4 millions d’euros, soit une baisse de 4,7%.

Les Belges ont consommé moins de poissons en 2020 qu’en 2019. Statbel vient de publier les chiffres de la pêche maritime belge et ils révèlent que les navires du royaume ont débarqué moins de poissons dans les ports belges en 2020. L’an dernier, ils ont débarqué un total de 12.588 tonnes de poissons, soit 7,8% de moins qu’en 2019. Leur commercialisation a rapporté un total de 56,4 millions d’euros en termes de chiffre d’affaires, soit une diminution de 4,6%. Pourquoi la baisse du chiffre d’affaires n’est pas en ligne avec la baisse du volume débarqué ? « Cela s’explique par une légère hausse du prix moyen au kilo : 4,5 euros/kg, soit une augmentation de 4,7 % par rapport à 2019. 2020 a été une année très différente pour la pêche maritime. Tant l’exportation que la vente dans les marchés locaux et l’horeca ont été perturbées par la crise du Covid-19 », explique Stabel dans sa newsletter. En 2014, 24.000 tonnes de poissons sont accueillis dans les ports belges pour une valeur commerciale de 81 millions d’euros. La diminution du tonnage est dû à l’importation et à la baisse de la demande.

La sole reste le poisson préféré des Belges.

Trio de tête : sole, plie et seiche

En effet, les mesures de restriction prises dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ont eu un impact négatif sur la demande. Les restaurants fermés et les limitations de sortie imposées respectivement au secteur Horeca et à la population en raison du confinement ont pénalisés les achats. Les ports belges n’ont pas été logés à la même enseigne. Malgré une baisse de la quantité de poissons débarquée dans ses installations, Zeebrugge a reçu plus de poissons. Il a capté 52,9% du volume de poissons débarqué et vendu en 2020 (58,2% en 2019à contre 44,6% pour le port d’Ostende. La part de Nieuport est restée stable à 2,5%.

Au niveau de la répartition du type de poissons, la sole reste le poisson préféré des Belges. En 2020, la quantité de sole débarquée a augmenté de 17,5%. Il représente la moitié du chiffre d’affaires réalisé dans la pêche maritime belge (50,8%), soit 28,2 millions d’euros. La plie (poissons plats) arrive en deuxième position du classement (8,49% du chiffre d’affaires, soit 4,8 millions) et la seiche complète le tableau avec 6,53% (3,7 millions).

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •