RELATIONS INTERNATIONALES

Ces sous-marins qui torpillent le manque d’ambition de l’Europe

BELGA

En guise de rétroactes, il faut se replonger en 2016, au moment où l’Australie et la France concluent ce que l’on appelle plus communément le « Contrat du Siècle ». Celui-ci prévoit la vente de 12 sous-marins conventionnels pour un montant total de 56 milliards d’euros. Outre ce montant colossal, il représente également une main d’œuvre importante engagée dans la construction des sous-marins, dont Naval Group a la charge.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.