COMMERCE EN LIGNE

L’e-commerce et Paul Magnette : un problème de focal

Paul Magnette a déclenché un tollé avec sa sortie sur l'e-commerce. bePress Photo Agency

Suite à la déclaration sur l’e-commerce de Paul Magnette, président du parti socialiste, plusieurs acteurs de l’économie ont réagi. Le Syndicat Neutre des Indépendants proposerait plutôt d’accompagner les petits e-commerçants dans leurs projets. Contacté par nos soins, Damien Jacob, consultant en e-buisness, regrette une déclaration créant « un amalgame entre différentes formes d’e-commerce. »

Le moins, que l’on puisse dire, c’est que la déclaration faite lundi par Paul Magnette, président du Parti socialiste, aura fait couler beaucoup d’encre et susciter de vives réactions.

Paul Magnette avait déclaré dans le magazine flamand Humo qu’il souhaitait que « la Belgique devienne le premier pays sans e-commerce, avec de vrais magasins ». Il répondait alors autour de la question du travail de nuit dans l’e-commerce.

Les socialistes et les libéraux ne parviennent pas à un accord sur ce domaine dans leurs négociations autour de la réforme du marché du travail. Les libéraux sont favorables à un assouplissement, car, selon eux, des emplois partiraient pour des pays voisins. Notamment les Pays-Bas où la réglementation est déjà plus souple.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.