SOCIETE

Crise énergétique : la flambée des prix est annonciatrice d’une terrible récession économique

Shutterstock

La crise énergétique que nous traversons est liée aux préoccupations environnementales qui ont provoqué des sous-investissements dans les filières d’extraction de combustibles fossiles et des problèmes de sécurité d’approvisionnement. Ces derniers sont aujourd’hui accentués par cette guerre déclarée à l’Ukraine et les sanctions économiques imposées par les pays occidentaux et les Etats-Unis à Vladimir Poutine. Parallèlement, Moscou menace de couper les vivres à l’Europe et essaye de réorienter ses exportations de produits énergétiques vers la Chine. Selon les déclarations du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine s’y est préparé. Il ne fléchira pas. Qu’en est-il de l’Europe ?

Depuis le début du mois de juillet 2021, bien avant la guerre en Ukraine, Moscou est accusé de jouer un jeu géostratégique trouble autour de sa fourniture de gaz à l'Europe, dont cette dernière dépend très largement et les prix explosent. Généralement plutôt neutre, l'Agence Internationale de l'Energie (IEA) a même rappelé Vladimir Poutine à l'ordre sur la question il y a quelques mois déjà. Pourrait-il mettre ses menaces de coupure du gaz à l’Europe à exécution ?  Quelles en seraient les conséquences ? On fait le point avec Damien Ernst, professeur à l’ULiège, professeur invité à Télécom Paris et spécialiste des questions énergétiques.

L-Post : Les marchés de l’énergie sont pris dans une spirale de panique. L’hypothèse d’une rupture d’approvisionnement en gaz et en pétrole russes effraie les opérateurs. La situation est-elle à ce point critique ?

La situation énergétique est au pire et les hausses de prix affichent des records absolus. Déjà avant cette guerre, tout était excessivement mauvais. Le gaz en Russie était très cher, de l'ordre de 100 €/MWh, alors qu'il était à moins de 20 €/MWh avant la crise du Covid. Le charbon avait aussi doublé pour atteindre 200$ la tonne. Et le pétrole approchait les 100$. On dépasse maintenant 400$ la tonne pour le charbon, le pétrole en Europe est à plus de 120$ le baril et le gaz fait des pointes à plus de 300 €/MWh.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.