ENERGIE/RDC/NETHYS

Pierre Meyers et Marc Beyens perquisitionnés dans le cadre du dossier Nethys au Congo

Une borne de raccordement d'ENK dans la région de Beni. D.R.

Des perquisitions ont été menées jeudi 12 mai chez Pierre Meyers et Marc Beyens, deux des trois protagonistes (le troisième étant Stéphane Moreau) du projet dans le cadre d’une plainte déposée en 2020 par Nethys pour abus de biens sociaux contre les partenaires privés du projet. Elles ont été menées à la demande du juge d’instruction liégeois, Frédéric Frenay. Les éléments du dossier pourraient lui apporter un autre éclairage sur le projet. Mais en attendant, Marc Beyens et Pierre Meyers ont déjà décidé d’attaquer les dirigeants de Nethys en justice pour dénonciation calomnieuse et diffamation. Ce sera une plainte contre X, mais ils viseraient clairement Renaud Witmeur et Laurent Levaux. Le premier est le futur ex-directeur général par intérim de Nethys et le second, le président du conseil d’administration de la filiale d’Enodia.

Rebondissement dans le dossier relativement à la construction d’un barrage hydroélectrique dans le Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC) et dans lequel Nethys était partie prenante. A la demande du juge d’instruction liégeois, Frédéric Frenay, des perquisitions ont été menées jeudi chez deux partenaires du projet, notamment Pierre Meyers et Marc Beyens. L'information révélée par nos confrères de L'Echo nous a été confirmée par les intéressés. En effet, les perquisitions s’inscrivent dans le cadre d’une plainte, avec constitution de partie civile, pour abus de biens sociaux contre les partenaires privés. La plainte a été déposée par les dirigeants de Nethys (en l’occurrence Renaud Witmeur et Laurent Levaux, respectivement futur ex-directeur général par intérim et président de Neths). Ils accusent les partenaires privés de la société Electricité du Nord-Kivu (ENK) d’avoir usé de leur influence, en tant que dirigeants de Nethys en mars 2018, pour faire racheter par Nethys (filiale de l’intercommunale liégeoise Enodia) les parts qu’ils détenaient dans la société de droit belge Electricité du Bassin d’Ivugha (EBI), actionnaire à 47,5% d’ENK. Stéphane Moreau était, à l’époque CEO de Nethys et Pierre Meyers, le président. Marc Beyens travaillait comme responsable des relations internationales de Nethys (https://lpost.be/2021/06/30/nethys-recupere-anticipativement-36-millions-du-projet-au-congo/).

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.