POLITIQUE

« Les Engagés » avalise ses nouveaux statuts avec les élections de 2024 en ligne de mire

Les militants des Engagés valident les statuts du nouveau mouvement à plus de 98% des voix. BELGA

Se présentant désormais comme un mouvement, l’ex-cdH devenu « Les Engagés » a validé samedi 14 mai et à plus de 98% ses nouveaux statuts en précisant ses positions sur plusieurs sujets qui traversent la société belge : rejet de toute participation à une majorité incluant les extrêmes (extrême droite et extrême gauche), un impôt temporaire sur la fortune pour 1% de Belges considérés comme les plus riches, imposer un statut juridique aux syndicats pour plus de transparence. Le nouveau mouvement plaide aussi pour la suppression du numerus clausus pour les candidats médecins et refuse l’organisation d’un examen d’entrée pour les étudiants en médecine. Il a voté pour la parité des genres (hommes-femmes) dans les conseils d’administration et dans les comités de direction, mais la réalisation de cet objectif se fera progressivement via une politique de quotas.

C’est dans l’une des salles du cinéma Kinepolis à Rocourt (en région liégeoise) que le mouvement « Les Engagés » a donné rendez-vous à ses membres pour examiner les derniers amendements à leurs statuts et valider leur « manifeste pour une société régénérée ». Ce samedi 14 mai à 9h30, les membres de l’ex-cdH se pressent à la porte d’entrée de l’imposante bâtisse. Dans le hall d’entrée, les « petites mains » postées derrière un comptoir répondent avec gentillesse et tout sourire aux sollicitations des participants au congrès national de ce samedi 14 mai. « Je vous remets le boitier qui vous permettra de participer au vote sur les amendements et la petite carte pour le vote à mains levées sur les statuts », indique une jeune femme à un militant d’un certain âge. Au stand installé juste à côté, les participants retirent la liste des amendements et le « manifeste » de près de 190 pages.

Standing ovation pour les victimes des inondations

Environ trois quarts d’heure plus tard démarre le congrès national dans l’une des grandes salles du complexe cinématographique. Jouant à domicile, c’est la députée Vanessa Matz qui est chargée de chauffer la salle à l’ouverture du congrès. Elle demande et obtient une standing ovation pour les sinistrés des inondations de la mi-juillet qui ont ravagé la vallée de la Vesdre et fait 40 morts ainsi que de nombreux dégâts matériels. Puis un duo prend le relais pour expliquer le déroulement de la séance et rappeler le processus qui a mené à ce congrès du 14 mai : le processus qui a duré plus de deux ans sous le vocable « Il fera beau demain » et qui a débouché sur le congrès du 12 mars, lequel a consacré le changement de nom de cdH en « les Engagés » ainsi que la présentation du manifeste et des nouveaux statuts. Pas moins de 805 amendements ont été déposés sur lesquels s’est penchée une commission mixte qui les a ramenés à 9 ! Autant dire que pour le grand rassemblement de ce samedi 14 mai ensoleillé qui a rassemblé environ 400 personnes dont 320 votants, il restait peu de choses à discuter.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.