SOCIETE

Le premier plan wallon LGBTQIA+ compte 16 mesures concrètes

En 2021, la Wallonie se déclarait « Zone de liberté pour les personnes LGBTQIA+ ». C'est désormais un plan de 16 mesures qui vient concrétiser cette volonté de défendre les droits de cette communauté plurielle et de lutter contre les discriminations auxquelles elle est confrontée. Élaboré depuis plusieurs mois avec différentes associations, emmenées par la Fédération PRISME (ex- Arc-en-Ciel Wallonie), ce plan 2022-2024  s'articule autour d'un budget de 2,35 millions € additionnels dégagés jusqu'en 2024; il s'agit là d'un triplement des moyens dédicacés au secteur. Et pour n'oublier personne, et améliorer aussi la prise en charge des personnes primo-arrivantes LGBTQIA+ et notamment celle des réfugiés, un projet pilote va être déployé par la Maison Arc-en-Ciel de Verviers.

Vers plus d'inclusion

Longtemps qu’on en parlait en coulisse, c’est désormais chose faite, ou presque. En tout cas, le premier plan wallon LGBTQIA+ vient d’être présenté, il est décliné en 16 mesures très concrètes parmi lesquelles figurent notamment des montants doublés pour les 7 maisons arc-en-ciel et leur Fédération. L’objectif de cette mesure est de valoriser et accentuer la visibilité de leurs expertises et d’assurer la mise en place de leurs projets tels que l’assistance psychologique, juridique, le dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST) ou encore l’accueil d'urgence.

Les maisons médicales proposeront des soins spécifiques gratuits

Une façon de renforcer ces Maisons Arc-en-Ciel et leur Fédération. A l’avenir, leur financement passera  d'un montant de 40 000 € par an à 100 000 € par an. La Fédération PRISME sera quant à elle financée annuellement à hauteur de 140 000 € par an, soit le double du montant octroyé actuellement.

Collaboration renforcée avec les maison médicales

Les collaborations entre les maisons médicales et les Maisons Arc-en-Ciel seront également encouragées. Des conventions de prise en charge physique, psychologique et sociale seront conclues entre chaque Maison Arc-en-Ciel et une maison médicale de leur ressort territorial. Chaque maison médicale conventionnée se verra octroyer un ½ ETP assistant social afin de garantir une prise en charge globale des personnes LGBTQIA+ envoyées par les Maisons Arc-en-Ciel. En outre, les maisons médicales proposeront des soins spécifiques, gratuits pour le public LGBTQIA+

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.