SIDERURGIE

Liberty Steel Liège récupère 11 millions d’argent frais pour redémarrer ses usines

Sanjeev Gupta, propriétaire et patron du groupe sidérurgique devant le centre Acier à Liège en 2019. Crédit Bepress Photo Agency.

La cour d’appel de Liège a réformé jeudi 19 mai le jugement du tribunal de l’entreprise du 13 avril, prononçant la mise en liquidation de Liberty Steel Liège-Dudelange. Par conséquent, le groupe sidérurgique redevient propriétaire de ses usines liégeoises et s’engage à les redémarrer rapidement. Mais, en accord avec les syndicats, un mandataire de justice sera désigné pour veiller à ce que le groupe respecte ses engagements et rétablir la confiance entre le personnel et la direction du groupe. Selon nos informations, il s'agit de Me Roman Aydogdu, avocat-associé au cabinet Mosal, qui avait joué le rôle de médiateur dans le cadre de la Procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) de Liberty Steel en 2021. Par ailleurs, l’entreprise va récupérer l’enveloppe de 11 millions d’euros que le groupe a consignée chez un notaire dans l’attente de la décision de la cour d’appel.

Retournement de situation dans le dossier du sidérurgiste Liberty Steel Liège-Dudelange. La cour d’appel de Liège a réformé jeudi 19 mai le jugement du tribunal de l’entreprise du 13 avril, prononçant la mise en liquidation de Liberty Steel Liège-Dudelange comme nous vous l’annoncions dans nos éditions de ce jeudi matin. La filiale de Gupta Family Group (GFG) Alliance récupère donc la pleine propriété de ses usines liégeoises. Cette décision n’est pas vraiment une surprise, car les dirigeants de Liberty Steel avaient rempli toutes les obligations imposées préalablement par la cour et avaient trouvé un accord avec les syndicats. « Nous sommes très heureux que notre appel ait abouti et que la Cour ait non seulement reconnu que nous avions rempli toutes ses exigences, mais aussi que notre business plan, soutenu par le financement supplémentaire que nous avons fourni, donne à Liberty Liège la meilleure chance possible d'un avenir durable. Nous sommes impatients de redémarrer la production dès que possible et de travailler avec le médiateur, les syndicats, nos employés, nos fournisseurs et nos clients pour reconstruire l'entreprise et faire en sorte qu'elle continue à fournir des emplois de haute qualité à long terme », a commenté Toker Ozcan, PDG de Greensteel EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) de Liberty Steel Group.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.