EXPOSITION

Le photographe Thierry Dubrunfaut exposera à Paris avant de revenir à Gand


A l’occasion de ses 125 ans en 2020, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) avait choisi de mettre en évidence l’incroyable diversité du tissu entrepreneurial belge à travers l’art et une exposition intitulée When Business Meets Art dédiée à Thierry Dubrunfaut. Après Bruxelles, Mons et Tournai, Thierry Dubrunfaut investira l’Industriemuseum de Gand dès le 12 septembre où il présentera une cinquantaine d’œuvres, inédites et anciennes, issues de séries différentes. Mais avant cela, du 28 juillet au 8 août, l’Orangerie du Sénat à Paris accueillera sa série Flowers  rassemblant des portraits de fleurs en grand format : des photographies aussi poétiques que leur sujet. Si vous passez par Paris… vous savez quoi faire.

Depuis plus de dix ans, Thierry Dubrunfaut, photographe belge de renom, est parti à la rencontre d’un certain paysage belge, celui des entreprises, en portant un regard rafraichissant sur les petits et grands fleurons de ce pays ancré dans un puissant héritage industriel et logistique. Ses photographies tantôt simples, tantôt savamment superposées, mettent en évidence le potentiel esthétique du tissu entrepreneurial de Belgique. Après un quasi tour du pays, l’exposition When Business Meets Art investira l’Industrie Museum de Gand du 12 septembre au 14 octobre où l’artiste y présentera une cinquantaine d’œuvres, inédites et anciennes, issues de séries différentes

Flowers, une série hors du temps à découvrir à Paris

Par ailleurs, durant cet été, du 28 juillet au 8 août, notre artiste national investira aussi l’Orangerie du Sénat parisien en y présentant la série Flowers signée Thierry Dubrunfaut et rassemblant des portraits bucoliques et poétiques de fleurs en format XXL.  Ce travail élaboré commence par la sélection de fleurs et par leur compression, leur mise en scène ; en découle un travail photographique très pictural, abstrait et irréel.

JJ DE NEYER jj@triptyque.b

Né en 1955 à Antoing (près de Tournai), Thierry Dubrunfaut a pourtant travaillé et vécu durant quarante ans à Paris mais son lien avec Antoing ne s’est jamais estompé. L’atelier de Thierry Dubrunfaut prend vie dans la maison familiale. Il s’installe à Paris en 1981, travaillant d’abord comme assistant pendant deux ans aux côtés de Jean Daniel Lorieux, Albert Watson et Norman Parkinson.

Il s’installera ensuite, toujours dans la capitale française,  comme photographe de mode et publicité, oeuvrant dans les deux domaines de 1983 à 2008. Dans le secteur de la mode et de la beauté, il réalise les plus grandes campagnes pour Dior, Lancôme, Boucheron, Weill, Givenchy… Il collabore également avec de prestigieux magazines comme Vogue, Elle ou encore L’Officiel. En publicité, il travaille pour EDF, Mercedes mais aussi France Telecom, entre autres.
En 2003, Thierry Dubrunfaut reçoit une palme au Festival de Cannes de la publicité pour une campagne d’Amnesty International. Il décrochera également un Award de la Pub pour cette même campagne.

Changement de cap…personnel

En 2008, il décide de se consacrer exclusivement à son travail personnel à la sortie de son livre sur le port d’Anvers en 2008. Les expositions en galeries en France et en Belgique se succèdent.
En 2020, durant le premier confinement nait une nouvelle série, Fleurs, aussi picturale, abstraite qu’irréelle. Véritable pratique esthétique expérimentale aux influences multiples, Thierry Dubrunfaut remet le végétal au service de sa pratique et signe une série en puissance et symbiose. C’est cette exposition qui se donnera à voir à l’Orangerie parisienne cet été. Ne manquez pas l’occasion d’aller découvrir ces portraits floraux d’exception si vous êtes de passage par la capitale.

Deux expositions à suivre durant tout l’été.  « Flowers », à l’Orangerie du Sénat, à Paris dès le 28 juillet.
« When Business Meets Art », en septembre, au Industriemuseum de Gand.