SOCIETE

L’absentéisme au travail a atteint son plus haut niveau depuis le début de la pandémie

La crise sanitaire a-t-elle changé à jamais notre rapport au travail et à sa manière de l'exécuter?  Jamais depuis le début de la pandémie, il y a un peu plus de deux ans, le taux d'absentéisme à court ou moyen terme n'a été aussi élevé. Une hausse est plus forte chez les employés selon la dernière étude réalisée par Securex.  Selon l'agence, l'absentéisme de courte durée des travailleurs belges (moins d'un mois pour maladie)  a atteint 2,54% au second trimestre 2022 soit une augmentation de 28,1% en comparaison avec le deuxième trimestre 2021. L'absentéisme à moyen terme (entre un mois et un an) a quant à lui augmenté de 44,8% par rapport au premier semestre 2021 pour atteindre 1,84%. Des chiffres qui donnent à réfléchir.

Ce dernier trimestre, les employés ont été plus souvent absents (+34,8%) pour une courte durée par rapport à la même période de l’année passée. Pour l’absentéisme à moyen terme, nous constatons chez les employés une augmentation de 51,7% au premier semestre 2022 par rapport au premier semestre 2021. C'est ce qu'il ressort d'une récente enquête menée par le secrétariat social Securex.

« Ces chiffres sont inquiétants mais ne nous surprennent pas. Il y a eu une recrudescence du coronavirus en même temps que les mesures ont été assouplies. L'impact psychologique de la crise du covid-19 et les conséquences des soins retardés ont désormais aussi un impact sur l’absentéisme à moyen terme » explique Stéphanie Heurterre, Senior Consultant chez Securex.

Les employés les plus concernés

L'absence à court terme (moins d’un mois) des travailleurs belges pour cause de maladie a atteint 2,54% au deuxième trimestre de cette année, soit une augmentation de 28,1% par rapport à la même période de l'année dernière. Les absences à moyen terme (entre un mois et un an) pour cause de maladie ont également explosé ce premier semestre avec une augmentation de 44,8% par rapport au premier semestre 2021. Dans les deux cas, l'augmentation est plus forte chez les employés que chez les ouvriers.

À la fin du premier semestre, Securex, partenaire en matière d'emploi et d'entrepreneuriat, avait fait le point sur l'absentéisme à court terme, soit l'absence d’une durée de moins d'un mois pour cause de maladie, et sur l'absentéisme à moyen terme, c'est-à-dire l'absence au travail pour une période comprise entre un mois et un an pour cause de maladie.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.