ROYAUME-UNI

Royaume-Uni : poussé vers la sortie, le Premier ministre, Boris Johnson, s’accroche au pouvoir

Le Premier ministre Boris Johnson est poussé vers la sortie. AFP

Le Premier ministre Britannique Boris Johnson a menti sur le nouveau scandale Chris Pincher et se fait évidemment rattraper. Pour le moment 32 de ses ministres ont démissionné et plusieurs députés conservateurs ont indiqué qu’ils ne lui font plus confiance. Lors des questions réponses au Premier Ministre au Parlement, les visages sur le banc des conservateurs et au sein du gouvernement étaient tristes. Keir Starmer, le leader travailliste, et Ian Blackford, Leader du SNP à Westminster, ont critiqué Boris Johnson de toutes parts. Ce dernier demeure combatif, mais plusieurs de ses ministres lui demandent de démissionner. Le Premier ministre britannique est plus fragilisé que jamais. Plus personne ne parie désormais sur son maintien au Downing Street. Mais il refuse de démissionner. En fin de soirée, il a licencié Michael Gove, un poids lourd conservateur et ministre du Cabinet, qui l'avait appelé à rendre son rendre son tablier.

Partira, partira pas ? Le Premier ministre britannique, Boris Johnson est plus que jamais contesté et son mandat, plus que jamais menacé. C’est Sajid Javid, le désormais ex-ministre de la Santé qui a démissionné hier soir. Il a pris la parole au Parlement. Il a expliqué sa décision devant la Chambre des Communes. « Aujourd'hui, il est question d'intégrité », a-t-il déclaré. Il a porté ensuite des coups violents à son ancien patron. « Enough is enough », a-t-il poursuivi. « Je fais de la politique pour accomplir des choses pas pour devenir quelqu’un… Le problème vient d’en haut ». Sajid Javid a aussi évoqué le PartyGate. L'ancien ministre de la Santé a  affirmé que l’équipe du Premier ministre lui a menti sur le Partygate. « Lorsque les premières histoires de fêtes à Downing Street sont apparues à la fin de l'année dernière, l'équipe de mon très honorable ami m'a personnellement assuré au plus haut niveau que - et je cite - il n'y avait pas eu de fêtes à Downing Street et les règles n’avaient pas été enfreintes. J’ai donc accordé le bénéfice du doute et j'ai fait ces tournées médiatiques pour dire que j'avais ces assurances du niveau le plus élevé de l'équipe du Premier ministre ».

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.