RECOUVREMENT DE CREANCES

Charleroi : l’Intercommunale de santé publique (ISPPC) cède les créances impayées des patients à Venturis pour moins de 2 millions

BELGA

L’Intercommunale de santé publique du pays de Charleroi (ISPPC) a trouvé un accord avec la société de recouvrement, Venturis (Wavre), pour céder à cette dernière un lot de créances impayées de ses patients. En retour, l’intercommunale a encaissé un montant conséquent en cash, moins de 2 millions d’euros. Cette option permet à l’ISPPC de solder un passif de créances tout en engrangeant au passage une recette certaine et en évitant une longue procédure de marché public avec d’éventuels recours au conseil d’Etat. Dans le même temps, le prestataire s’engage à privilégier les récupérations à l’amiable pour ne pas trop charger la facture du patient. Davantage d’entreprises publiques ou privées optent pour cette solution de cession de créances pour s’éviter toute une série de tracas.

Lassés notamment par les tracasseries administratives, les dirigeants de l’Intercommunale de santé publique du pays de Charleroi (ISPPC) viennent de signer un accord avec la société de recouvrement de créances, Venturis. L’accord prévoit la cession des créances que détient le groupe de santé sur ses patients-clients en échange de monnaie sonnante et trébuchante. « C’est une décision prise par le conseil d’administration et qui a été concrétisée, il y a quelques semaines. Il y avait un marché de quatre ans en cours depuis 2019 portant sur la récupération des créances sur des patients dont certaines remontent à plusieurs années. C’est une transaction favorable à l’ISPPC? puisque l’accord nous rapporte plus que ce qu’on recevait dans le cadre du marché public », nous a confié Frédéric Dubois, directeur de la communication de l’ISPPC.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.