ENERGIE

Au Château des Thermes de Chaudfontaine, le coût de l’électricité à sextuplé !

Si la hausse des factures d’énergie touche tout le monde, cette nouvelle crise touche de très près l’activité des centres de bien-être. Et certains encore plus que d’autres. Après les fermetures et restrictions imposées par les confinements en 2020 et 2021, le Château des Thermes de Chaudfontaine, ravagé par ailleurs par les inondations de l’été dernier, rouvrait enfin ses portes le 30 avril dernier. Cinq mois plus tard, son directeur Georges Lodomez voit ses factures d’électricité passer de 10 000 à près de 60 000 euros par mois. De quoi en perdre son latin et l’espoir d’une reprise réelle. Face à cette énième crise, le directeur fait face et, malgré sa colère et son incompréhension, il entend bien maintenir l’emploi et son activité.

« C’est clair, on les accumule », confie Georges Lodomez, Directeur du Château des Thermes de Chaudfontaine. « Nos gouvernants papotent, prennent leur temps et pendant ce temps-là, on ne voit rien venir comme solution. On se demande dans quel monde et dans quel pays on vit », confie-t-il.  Chauffer les bassins, les jacuzzis, les saunas, le centre… tout cela a évidemment un coût. Qui ne cesse de grimper. « La chaleur, c’est évidemment notre fond de commerce. Mais il faut aussi penser à l’emploi. Pas question pour moi de mettre en péril l’emploi de mon personne et des esthéticiennes, ces jeunes femmes ont une famille, un logement.... Notre personnel s’inquiète et je le comprends. Elles ne méritent pas de payer la mauvaise gestion de ceux qui nous gouvernent », poursuit-il.

Si seulement ces Ecolos pouvaient cesser de vanter l’accélération de la transition énergétique, ce grand n’importe quoi!

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.