FAILLITE DU GROUPE HAMON

Les approximations du ministre Borsus dans le dossier de faillite Hamon

Le retrait des banques a précipité la chute du groupe Hamon, ancien fleuron de l'industrie wallonne.

Il y a quelques jours au Parlement, le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus (MR) avait soutenu que la Région wallonne n’avait perdu que 97,7 millions d’euros dans la faillite du groupe Hamon via la Sogepa, car l’investissement de 127,7 millions depuis 2014 aurait généré un retour sur investissement de 30 millions. Visiblement, ce n’est pas le cas. Par ailleurs, il figure bien dans les documents du conseil d’administration de la Sogepa, bras financier de la Région wallonne, que le prêt de 6 millions consenti en janvier 2020 était bien la dernière intervention et que si le groupe « revenait frapper à la porte de la Sogepa, le rôle de cette dernière sera plutôt de l’aider à trouver un repreneur ». Il nous revient par ailleurs que le carnet de commandes de la filiale française, rachetée par John Cockerill, serait pratiquement vide.

La saga de la faillite du groupe wallon, Hamon, n’est pas près de se clôturer au Parlement wallon. Les députés de l’opposition, notamment le PTB et Les Engagés remonteront au front pour interpeller le ministre régional de l’Economie, Willy Borsus (MR), notamment sur le rapport de gestion du dossier qu’il leur avait promis pour la mi-septembre. Par ailleurs, ils pourraient lui demander davantage de précisions sur ses déclarations précédentes dans le dossier. En effet, le vice-président du Gouvernement wallon avait soutenu que le conseil d’administration de la Sogepa, bras financier de la Région wallonne et actionnaire à plus de 60% du groupe Hamon, n’avait pas consigné que le prêt de 6 millions d’euros consenti à l’ex-fleuron de l’industrie wallonne était le dernier et qu’elle n’interviendrait plus. Il avait avancé que le sujet relevait juste d’échanges entre administrateurs.

Trouver un repreneur à Hamon

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.