POLITIQUE

Medista : un imbroglio de marché qui suscite une volée de questions à la Chambre

Nouvelle épisode dans une saga qui s’enlise. La motivation du nouvel appel d'offres qui a attribué la gestion stratégique du stock de vaccins pour lutter contre le Covid-19 à la société Moviento, incapable aujourd’hui d’assurer cette mission, suscite de nouveaux remous. Fin juillet, le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke avait déclaré que l'Inspection Générale des finances (IGF) avait formellement décidé que l'appel d'offres devait être relancé parce qu'un « dépassement budgétaire était imminent ». Il se rétracte aujourd'hui. En effet, il semble que ce rapport de l’inspection des finances n’existe pas. Franck Vandenbroucke prétend toutefois qu'une conversation a eu lieu entre le SPF Santé et l’inspection des finances, qui aurait déclaré que l'appel d'offres devait être relancé. Aucune trace écrite toutefois d’une telle affirmation. La manière dont le ministre de la Santé tente aujourd’hui de justifier la situation actuelle provoque une volée de questions à la Chambre, avec en filigrane une question majeure : le ministre a-t-il agit en bon père de famille dans ce dossier ?

Pour justifier le nouvel appel d’offre, le ministre Vandenbroucke a déclaré que le SPF Santé n'avait pas d'autre choix. En effet, le budget total prévu pour la distribution de vaccins était de 5 millions d'euros et sur ce montant, 3,5 millions d'euros avaient déjà été dépensé en octobre 2021. En avril de cette année, les 5 millions étaient épuisés.

Le SPF Santé accuse Medista de surfacturer ses services. La société pharmaceutique de distribution de médicaments et de dispositifs médicaux renvoie au contrat-cadre signé, rappelant que les prix de Medista étaient conformes au marché. Mais, suite à ce « dépassement budgétaire » souligné, le SPF Santé commencera à contester systématiquement les factures de Medista à partir de l’automne 2021.
Depuis, le ministre Vandenbroucke nie toute volonté de nuire à l’entreprise, ou de l’étouffer, ce que conteste cette dernière.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.