FRANCE/POLITIQUE

Covid 19 : l’ex-ministre de la Santé, Olivier Véran, confesse que le gouvernement s’est trompé sur les masques

L'ancien ministre français de la Santé, Olivier Véran, fait son mea culpa sur la question des masques. AFP

Le livre est titré « Par-delà les vagues », l’éditeur aurait tout aussi bien pu inscrire sur la couverture « Ni responsable, ni coupable »… Car c’est bien là tout le propos de ce « journal de crises au cœur du pouvoir ». Mais c’est un mea culpa d’un responsable qui a vécu la crise du Covid-19 en direct. Il présente ses excuses. L’auteur ? Olivier Véran, 42 ans, neurologue, ancien député (Parti socialiste/PS, puis La République En Marche/LREM), actuellement ministre délégué chargé du Renouveau démocratique et porte-parole du gouvernement, après avoir été ministre des Solidarités et de la Santé du 16 février 2020 au 20 mai 2022. Il avait été nommé à cette fonction alors que la pandémie du Covid-19 commençait ses ravages en Italie et avait déjà fait de nombreuses victimes en Chine. Avec son livre sorti sans avoir été annoncé dans les programmes de la rentrée éditoriale d’août-septembre 2022, Olivier Véran assure avoir voulu jouer la transparence avec les Français qui n’oublient pas que le Covid 19 a, à ce jour, fait mourir dans l’Hexagone plus de 150.000 personnes (nombre de décès en milieu hospitalier et EPHAD, sans tenir compte de ceux intervenus à domicile) et affecté un nombre à ce jour indéfini de personnes touchées par ce que les médecins appellent le « Covid long ».

Dans ce texte en forme de journal rédigé au fil de la pandémie, l’ancien ministre des Solidarités et de la Santé déroule un journal par temps de Covid ; « par temps de guerre », ont dit certains. Dans ce texte écrit à la première personne et qui s’ouvre sur cette phrase : « Au début, la Covid était une grippe. Mais… », Olivier Véran évoque de nombreux sujets. On y trouve notamment le confinement ; les gestes-barrières ; le Conseil scientifique ; le secret des Conseils de Défense présidés par le Président de la République Emmanuel Macron ; la vaccination et son corollaire les antivax ; l’opposition parlementaire ; le Pr Didier Raoult qu’il compare à « un MacGyver déguisé en chamane » ou encore Agnès Pannier-Runacher qui, alors collègue au sein du gouvernement et ministre délégué auprès du ministre de l'Économie en charge de l'industrie, aurait lancé : « Il y a dans ce ministère de la Santé des gens qui mettaient un temps fou à réagir, et de façon peu opérationnelle »…

Il y a dans ce ministère de la Santé des gens qui mettaient un temps fou à réagir, et de façon peu opérationnelle.

Le mea culpa de l’ancien ministre de la Santé

Mais avec « Par-delà les vagues », c’est bien à un mea culpa que s’est livré Olivier Véran. En effet, il y a eu en France de nombreux couacs dans la gestion de la pandémie par le chef de l’Etat et le gouvernement, ne parlait-on pas à l’étranger d’« Absurdistan » ? Mais plus que tous les autres, un sujet a fait débat, pour ne pas écrire polémique en ces premiers mois de la pandémie au printemps 2020. Le sujet se résume en un mot : « masque ». Ce fut tout simplement un scandale.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.