ELECTIONS LEGISLATIVES

La fête est finie, les Italiens votent ce dimanche

Scrutin législatif historique ce dimanche 25 septembre dans la péninsule italienne. Les électeurs sont appelés aux urnes et pourraient élire la candidate d’extrême droite Giorgia Meloni, 45 ans, à la tête du futur gouvernement.  Cette romaine, blonde platine, ex membre de l'Alliance nationale puis du Peuple de la liberté, députée depuis 2006 et ministre de la Jeunesse sous Berlusconi (de 2008-2011) caracole dans les sondages sous la  bannière des Fratelli d’Italia (Fdl). Et elle draine les foules. Sa victoire marquerait un tournant dans l’histoire du pays mais aussi dans celle de l’Union européenne. Parmi les craintes soulevées quant à cette victoire de la coalition de droite, le risque de voir le droit à l'IVG menacé. Le parti de Meloni a en effet fait de la lutte contre la baisse du taux de natalité une priorité. Fratelli d’Italia nie son intention de vouloir abroger la loi mais défend haut et fort vouloir « protéger la vie dès le début ».

Ce dimanche, l’Italie votent. Jusqu’ici rien de grave. Sauf peut-être que cette fois, le sort du scrutin pourrait être davantage pris au sérieux. Les Italiens choisiront députés et sénateurs dans le cadre d’élections législatives très attendues. Le scrutin devait se tenir entre février et mai 2023, mais l’instabilité politique chronique du chaleureux pays  en a décidé autrement. Depuis juillet dernier, l’Italie connaît en effet sa quatrième crise politique en quatre ans ce qui a d'ailleurs donné lieu à la chute du gouvernement du banquier Mario Draghi.

Giorgia vient de réitérer son soutien au régime hongrois de Viktor Orban

Un crédo: Dieu, la patrie et la famille

En tête des sondages arrive la seule grande formation à ne pas avoir participé à ce gouvernement sortant: le parti post-fasciste Fratelli d’Italia, crédité de près du quart des intentions de vote. Issu du Mouvement social italien, héritier du fascisme, ce mouvement patriote est emmené par Giorgia Meloni, dont la campagne placée sous le thème «Dieu, patrie et famille» n’a eu de cesse de remporter (presque) tous les succès.   Elle est la première femme qui pourrait devenir chef de gouvernement si le président Sergio Mattarella acceptait, en cas de victoire annoncée, sa nomination. Un gouvernement d’alliances s’apprête donc à (re) prendre la tête du pays, associé à Forza Italia, mouvement toujours tiré par Silvio Berlusconi, et à la Ligue de Matteo Salvini.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.