SOCIETE

Aujourd’hui et demain, stop aux violences faites aux femmes

Ce 25 novembre est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. A cette occasion, la campagne Ruban blanc convie les hommes dans le monde entier à le porter. Par ce geste, ils exprimeront leur opposition aux violences physiques, psychologiques et sexuelles dont les femmes sont victimes et leur soutien à ce combat. Selon le décompte de StopFéminicide, en 2022, en Belgique, au moins 18 femmes ont déjà été tuées parce qu’elles étaient des femmes.  Depuis la création des premiers Centres de prise en charge des violences sexuelles (CPVS), en 2017, le nombre moyen de victimes prises en charge n’a cessé d’augmenter : en 2021, la moyenne mensuelle était de 193 victimes par mois. Cette moyenne était de 86 victimes par mois en 2020. En Belgique, depuis 2017, on comptabilise 174 cas de féminicides. 12.000 cas de violences sexuelles sont signalés par an. Dès aujourd’hui, ONU Femmes et l’Office des Nations Unies contre les drogues et le crime (ONUDC) lancent 16 jours d’activisme contre ces violences. Selon un rapport récent,  l'an dernier, dans le monde, plus de cinq femmes étaient tuées chaque heure par un membre de sa famille. C’est plus de 120 féminicides intimes par jour. A noter que depuis le 29 octobre dernier et l'adoption de la Loi cadre #StopFéminicide initiée par la Secrétaire d'Etat à l'égalité des chances écolo Sarah Schlitz, la Belgique s'est dotée d’un ensemble d’instruments de mesure des féminicides et de protection des victimes  et est devenue le premier pays d'Europe a adopté une loi Stop féminicide et les violences qui les précèdent. En cas de violences, une ligne d'écoute existe: 0800 30 030.

En 2022, en Belgique, au moins 18 femmes ont déjà été tuées parce qu’elles étaient simplement des femmes. On comptabilisait 22 victimes l'an dernier, 26 en 2020, 24 en 2019, 39 en 2018 et au moins 43 en 2017. C’est donc arrivé 172 fois, au moins, sur ces 6 dernières années.
Ces chiffres découlent d’un recensement effectué par les associations féministes sur le blog Stop Féminicide sur base d’articles de presse, puisque la Belgique ne disposait, jusqu’à présent, d’aucune statistique officielle. Tout porte à croire qu’elles sont en réalité bien plus nombreuses que ça.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.