SOCIETE

« Protestons ! » , le SOS lancé par Amnesty dans le cadre de sa nouvelle campagne annuelle

Amnesty

Alors que le droit de manifester est actuellement, un peu partout dans le monde, la cible d’une menace croissante et sans précédent, Amnesty International lance une campagne mondiale afin d’alerter et de sensibiliser le public à la nécessité cruciale de défendre ce droit fondamental. Déclinée sous le nom de « Protestons ! » en Belgique francophone,  cette nouvelle campagne annuelle d’Amnesty appelle à la mobilisation face à la grave menace qui pèse sur le droit de protester. Défendre le droit de protester sera  le thème principal de la campagne de fin d’année entourant la vente des traditionnelles bougies Amnesty et des activités relatives à la Journée internationale des droits humains, le 10 décembre prochain. Lors du traditionnel marathon des lettres, la situation arbitraire de dix personnalités sera mise en avant tout particulièrement cette année. Ce sera notamment l'occasion de soutenir la libération de l'artiste et militante russe Alexandra Skotchilenko, condamnée en avril dernier par le tribunal du district de Vassileostrov ( St-Pétersbourg) pour pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine en se permettant de remplacer des étiquettes de prix dans un supermarché par des slogans pacifistes.

La campagne « Protestons ! » d’Amnesty International a pour objectifs de dénoncer les attaques contre les manifestations pacifiques, de défendre les personnes visées et de soutenir les causes portées par les mouvements sociaux en faveur de changements dans le domaine des droits humains.

Il est essentiel que nous nous rappelions haut et fort aux dirigeants notre droit inaliénable  (...) d’exprimer des revendications et de réclamer des changements, librement, collectivement et publiquement

« Ces dernières années, nous observons des mobilisations parmi les plus fortes depuis des décennies. Black Lives Matter, #MeToo et les mouvements en rapport avec le changement climatique ont incité des millions de personnes à descendre dans la rue et à mener des actions en ligne pour réclamer la justice sociale et climatique, l’équité, ainsi que la fin des violences liées au genre et de la discrimination. Ailleurs, des milliers de personnes se sont érigées contre les violences et les homicides imputables à la police, la répression orchestrée par l’État et l’oppression », indique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d'Amnesty International.
« Les autorités, presque sans exception, ont réagi à cette vague de protestation de manière obstructionniste, répressive et souvent violente. Au lieu de faciliter l’exercice du droit de protester, les États vont encore plus loin pour l’anéantir. »

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.