CULTURE

Edmond, la pièce de théâtre aux 5 Molières coche toutes les cases de succès

La troupe belge qui assure, avec brio et panache, la représentation d'Edmond. D.R.

C’est un roc ! C’est un pic ! C’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? C’est un chef-d’œuvre !!! J’ose espérer que nul ne m’en voudra d’avoir ainsi détourné la célèbre réplique de Cyrano de Bergerac, tant « Edmond », la pièce de théâtre écrite par l’acteur et dramaturge franco-britannique, Alexis Michalik, est, à l’instar de son modèle « Cyrano de Bergerac » : enlevée, pleine de panache et en tout point délicieuse. Passée notamment par Bruxelles, Liège et jouée à Namur (à la mi-janvier) par une troupe de comédiens belges, avant de d’aller brûler les planches à Paris, cette œuvre aux cinq Molières, mis en scène par le comédien et metteur en scène belge, Michel Kacenelenbogen, remporte tous les suffrages. Rires, poésie, histoire, tout y est !

Dans les coulisses d’une œuvre emblématique

L-Post a besoin de vous !

Après 18 mois d’existence sur fonds propres et grâce à nos abonnés, L-Post et son équipe ont besoin de vous pour poursuivre l’aventure et continuer à vous informer en toute indépendance et sans pression.
La recherche de l’information qui dérange et sa publication ont un coût. Nous ne dépendons d’aucun grand de presse et ne bénéficions d’aucune aide à la presse réservée aux médias traditionnels. Notre conviction : le journaliste a le devoir d’enquêter et le courage de révéler tout ce qui est d’intérêt public. Si vous voulez que ce journalisme qui vous informe avec rigueur et en profondeur existe, soutenez notre campagne de Crowdfunding via ce lien.

Dès le début, vous êtes immergé dans le Paris artistique de la fin du 19ème siècle, ce Paris que l’on aime, que l’on fantasme, avec les théâtres de la Porte Saint-Martin, la Comédie française ou le Palais royal qui foisonnent d’activités.

Le jeune auteur franco-britannique, Alexis Michalik (40 ans), lève le voile sur la création de l’une des œuvres la plus emblématique du théâtre français : plus de 20.000 représentations depuis la première de Cyrano de Bergerac, écrite par le poète Edmond Rostand.

En plein dans les angoisses de la page blanche depuis deux ans, rattrapé par les dettes, et devant subvenir aux besoins de sa femme et de ses deux enfants, le jeune Edmond va vendre, en désespoir de cause, au célèbre Constant Coquelin, une nouvelle pièce, en vers, dont il n’a encore que le titre !

En à peine 3 semaines, il doit monter une pièce, trouver les acteurs (qui lui seront parfois imposés) et les habiller.

Les acteurs ne quittent jamais la scène, soit ils jouent, soient ils modifient les décors au gré des scènes qui s’enchainent, sans jamais connaître de temps mort. Surprenant, hilarant, créatif, le spectacle mis en scène par le comédien et metteur en scène belge, Michel Kacenelenbogen, est tout simplement une perle rare qui a le mérite de faire revivre la ferveur des théâtres parisiens !

Le metteur en scène, Michel Kacenelenbogen. BELGA

Michel Kacenelenbogen, réalise une mise en scène parfaite d’Edmond. BELGA/PHOTO THIERRY ROGE

Une troupe belge

Pour les amoureux du théâtre « à l’ancienne », c’est un théâtre de troupe comprenant pas moins de douze comédiens jouant trente rôles différents, en costume !

Ne boudons pas notre plaisir, il s’agit d’une troupe d’acteurs belges, tous plus talentueux les uns que les autres. Tristan Schotte jouant le rôle d’Edmond Rostand est fabuleux, il enchaine les longues tirades, les émotions, les pas sur scène, … Cyrano n’a qu’à bien se tenir !

Et que dire d’Itsik Elbaz, endossant le rôle de Constant Coquelin, totalement délirant, alliant le génie et la folie !

Après un passage en Belgique, l’œuvre partira en représentation au Grand Théâtre royal de Paris jusqu’au 15 avril, où elle poursuivra sa belle épopée.

Sans trop nous avancer, cette pièce semble partie pour se jouer plusieurs siècles durant, et, « comme Scaramouche » touche !

Eugénie CORTUS