SANTE

Les toxicomanes profonds vont pouvoir être soignés de force

L'arrêt de la Cour constitutionnelle ouvrant la voie à la prise en charge forcée des toxicomanes pourra venir compléter le travail des salles de shoot. bePress Photo Agency

Dans un arrêt numéro 6/2023 du 12 janvier, la Cour constitutionnelle a considéré « qu’il ne peut pas être exclu qu’une personne atteinte d’une assuétude éthylique, toxicologique ou médicamenteuse, lorsque celle-ci est grave, puisse, le cas échéant, être considérée comme une personne malade mentale au sens de la disposition en cause, ce qu’il appartient au juge compétent d’apprécier concrètement ». Pour le juge de paix, Eric Robert, il s’agit d’un « changement radical dans l’approche judiciaire psychiatrique de la toxicomanie, car la jurisprudence l’interdisait jusqu’à présent ». Cela augure un travail supplémentaire pour les hôpitaux psychiatriques qui auront besoin de moyens financiers supplémentaires...

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.