ECONOMIE

Logistics Nivelles: En grève, les travailleurs entendent bloquer les sites “au finish”

  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suite à l’annonce faite hier par la direction du groupe logistique Kuehne Nagel de la fermeture de son site nivellois à l’automne prochain, une centaine de travailleurs ont passé la nuit devant le dépôt concerné empêchant les camions d’y entrer ou d’en sortir. D’autres ont fait de même devant les dépôts du groupe à Malines et à Anvers. Et les actions se poursuivent ce matin. Pour rappel, en cas de fermeture de Logistics Nivelles, 549 personnes pourraient perdre leur emploi. La colère monte donc et les pompiers de la zone de secours du Brabant wallon interviennent en ce moment même suite à une remorque de camion incendiée à l’arrière des entrepôts. Le piquet de grève a été dégagé pour permettre l’intervention rapide des pompiers. Intervention toujours en cours fin de matinée. Mais les travailleurs préviennent: ils ne lâcheront rien.

Chez Logistics Nivelles. Le personnel se croise les bras depuis l’annonce faite hier du groupe Kuehne+Nagel de fermer le site en octobre 2022. La directrice du site, qui s’était retranchée dans son bureau hier soir n’est plus présente ce matin. Pourtant, après l’annonce de la fermeture totale du site en conseil d’entreprise, les représentants des travailleurs avaient demandé à celle-ci d’annoncer elle-même sa décision au personnel. Ce qui n’a pas été fait,  la directrice s’était alors retranchée dans son bureau. elle aurait quitté les lieux durant la nuit, a confirmé le délégué permanent CNE Didier Lebbe.

Parmi les travailleurs bloquant le site de nivelles depuis hier, tous partage leur peur mais surtout leur stupéfaction suite à l’annonce de fermeture. Ils ne comprennent pas la décision de la direction. Tous s’accordent à dire que considéré le site comme non rentable est une insulte. Les travailleurs se croisent donc les bras depuis ce matin. “On ne s’arrêtera pas avant d’avoir sauvé le site de Nivelles”,  affirme le permanent Setca Pascal Strubbe. Son collègue de la CNE Didier Lebbe confirme la colère du personnel et l’intention de mener des actions au quotidien, notamment vis-à-vis des magasins Carrefour.

Stupéfaction des travailleurs

Les travailleurs, en grève n’en reviennent pas. Ils disent ne pas avoir compté leurs heures supplémentaires ces derniers mois. Le groupe compte un seul client principal, le groupe Carrefour. C’est à Nivelles que sont gérés le frais et les rayons épicerie des magasins de l’enseigne. Les travailleurs ne comptent pas se laisser faire. Ils entendent bien continuer ce blocage “au finish”.
Les travailleurs présents sur place ce matin devraient étendre le blocage aux autres sites du groupe, notamment en Flandre où devrait être délocalisée l’entreprise, les magasins Carrefour pourraient aussi être impactés.

 

avec Belga


  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  
  •