SOCIETE

Plus d’un quart des jeunes Belges ont déjà eu recours au CPAS

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Belgique, trois jeunes sur dix (30 %) ont déjà connu la précarité. Plus d’un quart des jeunes Belges (27 %) ont même déjà fait appel à un CPAS et plus de trois jeunes sur dix (33 %) éprouvent moins de plaisir dans la vie à cause d’un manque d’argent. Ce ne sont là que quelques chiffres frappants qui ressortent d’une enquête menée auprès de 1.000 jeunes entre 16 et 30 ans sur la précarité financière des jeunes. C’est pourquoi l’assureur Ethias souhaite s’attaquer au problème de la pauvreté chez les moins de 30 ans et investit 450.000 euros pour encourager près de 600 CPAS de Belgique à prendre des initiatives supplémentaires pour travailler sur le sujet de la précarité chez les jeunes. Ethias a baptisé cette action de solidarité les Ethias Youth Solidarity Awards. Le judoka belge médaillé olympique Matthias Casse apporte son soutien à cette opération solidaire.

Ethias consacre près d’un demi-million d’euros à des projets des CPAS afin de s’attaquer à la pauvreté des jeunes.

En Belgique, tous les jeunes n’ont pas la même aisance financière.et l’impact de la situation financière des jeunes sur leur qualité de vie est clair : 3 sur 10 (33 %) éprouvent régulièrement moins de plaisir dans la vie à cause de soucis d’argent. De même, durant le mois dernier, 30 % des répondants disposaient tout juste du budget nécessaire pour couvrir les dépenses élémentaires comme les courses alimentaires, le transport, les vêtements, internet ou l’électricité. Pour 17 % d’entre eux, couvrir ces dépenses n’a même pas été possible. Et pourtant, les jeunes gardent espoir : plus de six jeunes sur dix (63 %) pensent qu’ils ne vivront plus dans la pauvreté à l’avenir.

L’étude commandée par Ethias, réalisée par l’institut d’études Indiville, en fait encore aujourd’hui le douloureux constat. Il s’agit d’une étude menée à grande échelle et visant la précarité financière des adolescents et des jeunes adultes. Les données ont été collectées via une enquête quantitative en ligne auprès de 1.057 répondants âgés de 16 à 30 ans. Le travail de terrain a eu lieu entre le 6 et le 13 octobre 2021.  Force est de constater que la crise sanitaire n’a évidemment rien amélioré au constat préalable : un jeune sur trois (32 %) confie dans cette enquête que sa situation financière s’est détériorée depuis l’épidémie de coronavirus.

«  Les premiers pas dans la vie d’un homme ou d’une femme sont déterminants. Ce sont les fondations d’une vie réussie ou brisée. La pandémie COVID-19 que nous traversons a accru les inégalités sociales et la vulnérabilité des jeunes”, explique Philippe Lallemand, CEO d’Ethias . “D’ailleurs, ils le disent eux-mêmes dans l’enquête : quatre sur dix d’entre eux trouvent que la société doit faire de la pauvreté chez les jeunes une priorité. C’est pourquoi, chez Ethias, en accord avec nos valeurs, nous avons décidé de créer ces Ethias Youth Solidarity Awards afin d’aider les jeunes via des actions que les CPAS entreprennent sur le terrain. »

Appels lancés aux CPAS

Avec un budget de 450 000 euros, Ethias encourage les CPAS à lutter contre la pauvreté chez les jeunes. Ethias veut s’attaquer aux problèmes de fragilité financière chez les jeunes et lance ainsi, pour la première fois, les Ethias Youth Solidarity Awards. Au travers de cette initiative de solidarité, l’assureur appelle tous les CPAS belges à soumettre un projet qui contribuera à combattre cette pauvreté. Il s’agit par exemple de projets de participation culturelle, d’accessibilité aux études, de médiation financière, etc. En tant qu’ambassadeur, le judoka olympique Matthias Casse soutient cette initiative contre la précarité des jeunes.

Matthias Casse, judoka belge médaillé aux Jeux Olympiques  a accepté de camper le rôle d’ambassadeur de cette nouvelle action. « Trop de jeunes ne dorment pas la nuit à cause de leur situation financière. Avec le coronavirus, ce problème n’a fait que se détériorer, commente le sportif. En Belgique, les moins de 30 ans devraient pouvoir sortir avec des amis ou la famille au moins une fois par mois pour aller manger un bout ou boire un verre, ou même faire régulièrement du sport. En tant que sportif de haut niveau, je sais à quel point c’est important d’avoir des rêves et de l’ambition. C’est pourquoi je soutiens cette initiative. »

La Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) fait partie de l’ADN d’Ethias depuis sa fondation. Parmi les objectifs de développement durable, la lutte contre la pauvreté, sous toutes ses formes, est l’une de ses priorités. A côté des Ethias Youth Solidarity Awards, Ethias collabore déjà avec plusieurs associations qui luttent contre la pauvreté comme notamment Pelicano, DigitalForYouth, Article 27, et notamment YouthStart.

Cap sur les Ethias Youth Solidarity Awards

C’est donc ce mercredi 20 octobre qu’Ethias a lancé ses premiers Ethias Youth Solidarity Awards. Les CPAS peuvent dès à présent soumettre leurs projets via awards@ethias.be. Les prix sont destinés aux projets, existants ou à venir entre le 1er janvier 2021 et jusqu’à la fin 2022, ayant une action spécifique de lutte contre la pauvreté chez les jeunes. Le montant total de 450.000 euros sera attribué en fonction du nombre d’habitants de la ville ou de la commune sélectionnée : 150.000 euros pour dix projets dans des villes ou communes de moins de 10.000 habitants, 150.000 euros pour cinq projets dans celles de 10.000 à 29.999 habitants et 150.000 euros pour trois projets dans celles de 30 000 habitants et plus. Un jury professionnel, composé d’experts du domaine et du monde académique, sera chargé de sélectionner les projets auxquels les budgets seront attribués. Les projets sélectionnés seront annoncés au printemps 2022.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •