ECONOMIE

6 Belges sur 10 se disent satisfaits de leur salaire, soit autant qu’avant la crise sanitaire

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

59% des Belges sont satisfaits de leur salaire actuel. C’est le même nombre que juste avant la crise sanitaire. Le personnel enseignant semble être le plus satisfait de son revenu actuel. Malgré la longue fermeture de l’Horeca, un plus grand nombre de travailleurs du secteur (57%) sont aujourd’hui  aussi satisfaits de leur salaire qu’il y a deux ans (47%). La satisfaction salariale dans le secteur informatique, elle, est en chute libre ; les travailleurs s’attendent à une rémunération plus élevée qu’en 2019. Quant aux jeunes qui débutent leur carrière professionnelle, ils se disent très satisfaits de leur salaire de départ, mais attendent une augmentation après un an de carrière.

Une satisfaction salariale globale, voilà ce qu’il ressort du « Rapport sur les salaires » réalisé tous les deux ans par le site d’emploi belge StepStone auprès de plus de 25 000 Belges. « Le chômage temporaire et la stagnation des résultats des entreprises ont mis la hausse des salaires sous pression, mais la pénurie sur le marché du travail et la « guerre des talents » ont donné une impulsion positive. En conséquence, la satisfaction des salariés belges est restée stable », selon StepStone.

Sur un marché du travail tendu, les candidats ont plus que jamais les cordes en main pour choisir leur employeur

La crise sanitaire a lourdement frappé l’économie. Au pic de la pandémie, plus de 150 000 Belges étaient temporairement au chômage. En raison de la stagnation des résultats des entreprises, les augmentations de salaire sont souvent restées taboues. Malgré cette année et demie difficile, la majorité des Belges, environ 60%, sont actuellement satisfaits de ce qu’ils/elles gagnent.

« La bonne nouvelle, c’est que de nombreux Belges restent positifs quant à ce qu’ils/elles gagnent par rapport à la période pré-Coronavirus. C’est assez surprenant, car de nombreux compatriotes sont au chômage temporaire depuis un an et demi », explique Killian Cramers, B2C Marketing Manager, StepStone Belgique. « Nombre d’entre eux/elles ont également vu une augmentation salariale leur passer sous le nez. Il est vrai que le salaire moyen des Belges a augmenté de 1,8 % pendant la crise, selon les chiffres les plus récents du prestataire de services RH SD Worx, mais sans la crise du coronavirus, cette augmentation aurait probablement été plus importante. Le salaire est et sera toujours un critère important pour que les entreprises gardent leurs meilleurs talents à bord. Il est certain que sur un marché du travail tendu, les candidats ont plus que jamais les cordes en main pour choisir leur employeur. »

De grandes différences selon les secteurs

La satisfaction salariale ne semble pas être la même dans tous les secteurs. Les Belges travaillant dans le secteur public sont les plus heureux de leur revenu mensuel. 69% du personnel enseignant et 67% des fonctionnaires des institutions gouvernementales sont satisfaits de leur rémunération. Les travailleurs du secteur de l’énergie (67%) et de l’industrie chimique (65%) estiment également être bien payés.

Constatation frappante : malgré la crise du Covid, les travailleurs de l’Horeca sont nettement plus satisfaits de leurs salaires qu’il y a deux ans. En 2019, un peu moins de la moitié (47%) de ces travailleurs étaient satisfaits de ce qu’ils/elles gagnaient, ils/elles sont désormais près de six sur dix (57%). Dans le secteur de l’informatique, en revanche, la satisfaction salariale fait un plongeon notable : en 2019, il s’agissait d’un milieu stable avec 57% des travailleurs satisfaits de leur salaire, désormais ils/elles ne sont plus que 55% (malgré une stabilité ou une augmentation salariale générale).

La satisfaction des jeunes en matière de salaire est au départ très élevée, mais chute rapidement; selon le rapport, les jeunes attendent une augmentation après un an de carrière. L’ancienneté joue également un rôle important dans la satisfaction salariale des Belges. 63% des personnes qui viennent de commencer à travailler sont satisfaites du montant perçu chaque mois sur leur compte bancaire. Après un an d’expérience professionnelle, le taux de satisfaction chute à 52%. Ce n’est qu’après 25 ans de carrière que les salariés sont à nouveau aussi satisfait s de leur rémunération qu’au début de leur carrière. « Il est donc important de bien informer ce groupe sur son salaire par le biais de formations et d’entretiens, mais aussi d’outils en ligne tels que le Comparateur de salaire. Il est tout aussi crucial de définir les bonnes attentes pendant le processus de recrutement», poursuit-il.

Différences régionales en matière de satisfaction salariale

Outre le secteur dans lequel nous travaillons, notre lieu de travail a également un impact important sur notre satisfaction salariale. Les salariés du nord du pays sont généralement plus satisfaits de leur salaire que ceux du sud. Les travailleurs actifs en province d’Anvers, en Flandre orientale et occidentale et en province du Luxembourg sont les plus satisfaits (61% sont toujours satisfaits de leur salaire). Le Hainaut (54%), la province de Liège (54%) et le Brabant wallon (55%) sont en queue de peloton en matière de satisfaction salariale.


  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •