ECONOMIE

Liberty Steel : Les travailleurs tributaires d’une décision de justice

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A la veille d’une importante décision du tribunal de l’entreprise de Liège visant l’avenir des activités de Liberty Steel Liège-Dudelange, les travailleurs, rassemblés ce matin  en front devant le siège de la SOGEPA ont tenu à réaffirmer leur demande de soutien de la Région. En cas d’avis négatif rendu demain, ils espèrent que la Région soutiendra la poursuite de l’activité. Il en va de l’avenir de 690 travailleurs. 

Alors que mardi dernier, les créanciers de la société LibertySteel avaient approuvé à 90 % le plan de relance  l’entreprise pour sortir l’entreprise de sa réorganisation judiciaire et garantir un avenir industriel aux sites de Liège et de Dudelange, c’est demain que le tribunal de l’entreprise de Liège se prononcera en faveur ou non de la poursuite des activités.
Cette décision est cruciale et pourraient avoir des conséquences non seulement économique mais sociale aussi très importante.

Les travailleurs présents à Liège ce matin devant le siège de la Sogepa.

Ce midi, les travailleurs concernés par la décision étaient présents en nombre devant le siège du bras financier de la Région, la SOGEPA, à Liège, afin de rappeler d’une part leur inquiétude de perte d’emploi et réclamer la confirmation du soutien de la Région dans ce dossier, quoi qu’il arrive…

Entre inquiétude et espoir

« C’est important ce qu’il se passe », explique Jordan Atanasov, secrétaire permanent CSC METEA. « Il y va de l’avenir de près de 700 travailleurs forcément préoccupés car si la décision du tribunal  (par ailleurs avancée) est négative et que la Région ne soutient pas coûte que coûte le maintien des activités, cela aura pour conséquence la liquidation pure et simple de l’activité avec les conséquences sociales dramatiques que vous pouvez imaginer. L’action de ce matin avait pour but de demander clairement à la Région la position qu’elle compte tenir et, on l’espère, en cas de réponse négative du tribunal, qu’elle se substituera au groupe LibertySteel afin de maintenir l’activité et l’emploi », poursuit-il.

Apparemment, les discussions entre la direction du groupe, placé sous réorganisation judicaire, et la Région s’enlisent depuis des semaines. Mardi dernier, la Région avait elle aussi déposé, auprès du tribunal liégeois, une lettre de « confort » en faveur du maintien des activités sur les sites de Liège-Dudelange.

« La balle est désormais dans le camp du tribunal, nous sommes complètement tributaires de la décision qu’il rendra demain et de la position que suivra la Région en fonction de cette décision », conclut-il.

Dossier à suivre donc.


  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •