SOCIETE

Housing first : la Finlande reloge ses sans-abris et gagne de l’argent


Un toit pour chaque sans-abri est le défi que s’est lancé la Finlande. En quelques années, le nombre de SDF a ainsi été considérablement réduit. L’approche du programme « Housing First » propose une sortie immédiate de la rue par un droit au logement, sans conditions préalables. Il apporte la stabilité et la sécurité nécessaire permettant aux services sociaux travaillant autour de la personne d’être plus efficaces pour œuvrer à une réinsertion professionnelle. Le résultat impressionne. Après 12 ans, le pays est en passe de mettre fin à l’itinérance. Une solution qui s’avère en outre plus rentable que de la gérer. Une fois relogé, un SDF permet d’économiser 15.000 euros par an.

Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies consacre le « droit au logement ». Toute personne a le droit de vivre sous un toit, en sécurité, dans la paix et la dignité (http://www.ohchr.org/EN/Issues/Housing/toolkit/Pages/RighttoAdequateHousingToolkit.aspx). Ce droit inaliénable est aussi affirmé par la Convention Européenne des Droit de l’homme. Et la Finlande est précurseur dans la lutte contre le mal-logement.

L-Post a besoin de vous !

Après 18 mois d’existence sur fonds propres et grâce à nos abonnés, L-Post et son équipe ont besoin de vous pour poursuivre l’aventure et continuer à vous informer en toute indépendance et sans pression.
La recherche de l’information qui dérange et sa publication ont un coût. Nous ne dépendons d’aucun grand de presse et ne bénéficions d’aucune aide à la presse réservée aux médias traditionnels. Notre conviction : le journaliste a le devoir d’enquêter et le courage de révéler tout ce qui est d’intérêt public. Si vous voulez que ce journalisme qui vous informe avec rigueur et en profondeur existe, soutenez notre campagne de Crowdfunding via ce lien.

Le premier programme du genre remonte à 1987. A l’époque, quelque 18.000 sans-abris sont livrés à eux-mêmes. Dix ans plus tard, ils sont deux fois moins nombreux. Mais, à la fin des années 2000, le cas des sans-abris de longue durée pousse les autorités à changer de philosophie. Le programme « Housing First » (Link vers : https://housingfirsteurope.eu/fr/le-guide/core-principles-housing-first/) est lancé en 2008. Le principe : donner un toit. Comment ? En construisant et en rénovant massivement des logements destinés aux plus démunis. Cette stratégie continue de surprendre et pourtant elle est efficace. Devenu locataire, l’ancien SDF doit payer un loyer. Il va donc chercher un travail pour honorer ses mensualités, ce qui nécessite aussi de se prendre en charge. Et c’est sur chacun de ces points que l’État finlandais intervient. Depuis le lancement du programme, près de 30.000 logements sociaux ont vu le jour à travers le pays. Des chantiers subventionnés par le gouvernement qui représentent aujourd’hui 6 logements pour 1000 habitants.

15.000 euros économisés par SDF

Y-Foundation (Link vers : https://ysaatio.fi/en/home) est l’agence de location immobilière à prix abordable qui chapeaute ce programme ambitieux de construction de logements à hauteur de 350 millions d’euros. Si l’investissement est conséquent, il génère au final des économies. A l’année, loger des SDF revient moins cher à l’Etat que de les laisser dans la rue, dans la mesure où les frais de santé, dont les hospitalisations d’urgence et les transports en ambulance, sont réduis, comme les aides sociales. Pour chaque personne relogée, le gouvernement finlandais assure économiser 15.000 euros par an de dépenses publiques.

Plus « que » 4886 sans domicile fixe

Selon un rapport publié en 2018 par la FEANTSA, la Fédération Européenne des associations nationales travaillant avec les SDF (Link vers : https://www.feantsa.org/en), le sans-abrisme s’est aggravé partout et de manière constante en Europe ces dernières années. Au dernier comptage en 2019, les sans-domiciles fixes finlandais n’étaient plus « que » 4886. Leur nombre ne cesse de diminuer d’année en année et ce malgré la crise économique. La Finlande est un cas unique en Europe. Le modèle finlandais démontre ainsi que le phénomène du mal logement n’est pas une fatalité et qu’il est possible de le réduire, voire même d’y mettre un terme. La solution passe par la reconnaissance du logement comme un droit de l’homme fondamental et par la détermination des pouvoirs publics à montrer l’exemple.