SOCIETE

Eurobaromètre: défendre la démocratie, « la » priorité du Parlement européen


Les citoyens de l’Union européenne souhaite que le Parlement défende la démocratie, c’est ce qui ressort du dernier eurobaromètre. Pour un tiers des répondants (32%), il s’agit de la valeur la plus importante à défendre, suivie par la liberté d’expression (27%) et la protection des droits humains (25%). Suivent les principales priorités politiques : la santé publique (42%), la pauvreté et l’exclusion sociale (40%) ainsi que le changement climatique (39%). Enfin, 58% des Européens souhaitent que le Parlement joue un rôle plus important à l’avenir. Le soutien des citoyens à l’UE et au Parlement européen en particulier a augmenté pendant la pandémie de Covid, c’est aussi ce qu’indique ce nouveau sondage européen.

L’Eurobaromètre de l’automne 2021 du Parlement européen a été réalisé entre le 1er novembre et le 2 décembre dernier dans les 27 États membres de l’UE. L’enquête a été menée en face à face et complétée par des entretiens en ligne lorsque cela était nécessaire. Au total, 26 510 entretiens ont été réalisés, les résultats de l’UE étant pondérés en fonction de la taille de la population de chaque pays.

L-Post a besoin de vous !

Après 18 mois d’existence sur fonds propres et grâce à nos abonnés, L-Post et son équipe ont besoin de vous pour poursuivre l’aventure et continuer à vous informer en toute indépendance et sans pression.
La recherche de l’information qui dérange et sa publication ont un coût. Nous ne dépendons d’aucun grand de presse et ne bénéficions d’aucune aide à la presse réservée aux médias traditionnels. Notre conviction : le journaliste a le devoir d’enquêter et le courage de révéler tout ce qui est d’intérêt public. Si vous voulez que ce journalisme qui vous informe avec rigueur et en profondeur existe, soutenez notre campagne de Crowdfunding via ce lien.

Selon la nouvelle enquête Eurobaromètre commandée par le Parlement européen, près d’un tiers des répondants (32%) ont choisi la démocratie comme principale valeur européenne à défendre, suivie par la liberté d’expression et de pensée (27%) et la protection des droits humains dans l’UE et le monde (25%), La montée de l’extrémisme, la désinformation croissante et l’affaiblissement de l’État de droit sont des causes d’inquiétude pour les citoyens européens.

58 % des Européens sont favorables à un rôle plus important du Parlement européen à l’avenir

Cela reflète les résultats de la dernière enquête concernant l’avenir de l’Europe, publiée par le Parlement et la Commission mi-janvier selon laquelle neuf Européens sur dix reconnaissaient qu’il restait du travail à faire pour renforcer la démocratie dans l’Union.

La défense de la démocratie primordiale pour 11 Etats membres

La Présidente, récemment élue, du Parlement européen, Roberta Metsola, a salué les résultats de l’enquête: « Comme les citoyens le soulignent à juste titre, défendre la démocratie est la valeur européenne la plus importante de toutes. Nous ne pouvons pas considérer la démocratie comme acquise alors que l’extrémisme, l’autoritarisme et le nationalisme sont aujourd’hui des menaces croissantes à notre projet européen commun. »

Onze États membres mettent en avant la défense de la démocratie. Il s’agit de la Suède, de l’Allemagne, de la Finlande, de l’Italie, du Danemark, de l’Autriche, du Luxembourg, de Malte, de la Pologne, de la Tchéquie et de la Hongrie. Les personnes interrogées en Tchéquie et en Hongrie placent également la protection des droits humains en première place partagée.

Dans l’ensemble, 42 % des citoyens européens considèrent la santé publique comme une priorité politique permanente pour le Parlement, suivie de près par la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (40%) ainsi que l’action contre le changement climatique (39%). En moyenne européenne, les jeunes placent la lutte contre le changement climatique en tête de leurs priorités pour le Parlement.

63 % des citoyens européens optimistes quant à l’avenir de l’Union

Soutien accru durant la pandémie

Les Européens ont aussi manifesté un intérêt soutenu pour en apprendre davantage sur le travail de l’Union. Selon cette enquête, 43% des personnes interrogées seraient particulièrement intéressées par des informations sur la manière dont les fonds européens sont concrètement dépensés. Par ailleurs, les citoyens souhaitent en savoir plus sur les conséquences concrètes de la législation européenne dans leur pays (30%), les activités concrètes de leurs eurodéputés nationaux (29%) ainsi que sur ce que fait l’UE pour vaincre la pandémie de COVID-19 (29%).
« Les citoyens souhaitent et méritent plus d’informations sur les conséquences concrètes des politiques et décisions de l’UE sur leur vie quotidienne », commente la Présidente du PE, la Maltaise, Roberta Metsola. Le Parlement européen a clairement indiqué que le versement des fonds de relance de l’UE devrait être basé sur des plans clairs et approuvés, soumis à une transparence et à un contrôle et cohérents, et dépendre du respect de nos valeurs démocratiques fondamentales.

Image en dent de scie du Parlement européen

Le soutien des citoyens à l’UE et au PE en particulier a largement augmenté pendant la pandémie de Covid-19. Une grande majorité des citoyens de l’UE (58%) sont favorables à un rôle plus important du Parlement européen à l’avenir, tandis que la part des citoyens de l’UE ayant une image positive du Parlement a augmenté de 12 points depuis 2015 pour atteindre 36%, avec une hausse de 3 points depuis 2019. 45% des répondants ont une opinion neutre du Parlement européen, et 17% en ont une image négative.
Cette image positive du PE se reflète aussi dans le dernier Eurobaromètre standard 95.1 de la Commission, qui montre que les citoyens font le plus confiance au Parlement parmi toutes les institutions européennes.

A noter encore que 62 % des citoyens européens considère que l’appartenance de leur pays à l’UE est une bonne chose, seuls 9% disent le contraire, ce qui ce qui représente pour la deuxième année consécutive le résultat le plus élevé depuis 2007. Près de trois quarts des personnes interrogées (72%) affirment que leur pays a bénéficié de son appartenance à l’UE. Dans cette lignée, une majorité de répondants (63%) se dit optimiste quant à l’avenir de l’UE.