SOCIETE

Protection des joueurs mineurs : la Loterie Nationale n’est pas en odeur de Sainteté


Déjà en 2020, 1207 libraires et autres points de vente, tels que les stations essence, avaient été prises en faute pour avoir vendu des billets à des mineurs, soit 15% des points de vente ouverts. Pour contrer le phénomène, la Loterie nationale s’applique à elle-même des contrôles, via des clients mystères. En pratique, de faux clients, âgés de moins de 18 ans, se rendent dans le réseau de points de vente et demandent à acheter des billets à gratter. Est-ce suffisant ? Selon la Loterie Nationale, les cas de récidive seraient rares. La société de jeux et paris Ladbrokes a mené une contre-enquête, validée par un huissier de justice, qui révèle, à l’inverse, des failles plus importantes dans la protection des joueurs mineurs : sur l’ensemble des press shop visités, dans plus de 95% des cas, un mineur d’âge peut acheter un billet à gratter de la Loterie Nationale sans prouver son âge. Les agences de paris devront sous peu exercer un contrôle strict des joueurs, même pour des mises minimes. Pourquoi dès lors ce laxisme unilatéral apparent dans un deux poids deux mesures ?

En 2021, tant le chiffre d’affaires engrangé par la Loterie Nationale que le nombre de gagnants et les montants redistribués ont atteint des sommets : 103.740.310 gagnants se sont partagé 896.181.191 euros. La Loterie Nationale a enregistré plus de 298 millions de « moments de jeu » en 2021, pour une mise moyenne de 5,1 euros.
Le secteur privé des jeux et paris est sous le coup d’une obligation prochaine de contrôler ses joueurs, même pour les petites mises. L’objet de la mission qui a été confiée à l’huissier dans ce contexte a été de : « certifier une enquête visant à vérifier si la règle selon laquelle des jeux de hasard ne peuvent être vendus à des mineurs d’âge est respectée dans les différents press shop visités. Nous avons pu prendre connaissance des résultats ».

L-Post a besoin de vous !

Après 18 mois d’existence sur fonds propres et grâce à nos abonnés, L-Post et son équipe ont besoin de vous pour poursuivre l’aventure et continuer à vous informer en toute indépendance et sans pression.
La recherche de l’information qui dérange et sa publication ont un coût. Nous ne dépendons d’aucun grand de presse et ne bénéficions d’aucune aide à la presse réservée aux médias traditionnels. Notre conviction : le journaliste a le devoir d’enquêter et le courage de révéler tout ce qui est d’intérêt public. Si vous voulez que ce journalisme qui vous informe avec rigueur et en profondeur existe, soutenez notre campagne de Crowdfunding via ce lien.

Le cadre de l’enquête réalisée

Lors de cette enquête un étudiant mineur de 17 ans s’est rendu dans plusieurs PRESS SHOP du pays afin de demander l’achat d’un billet à gratter « cash ». Le principe est simple : il suffit de gratter les chiffres dans la zone “vos numéros” à gauche, puis de gratter les numéros gagnants. Si vous découvrez deux fois le même chiffre, vous remportez le montant qui y est associé.

Plusieurs villes ont été testées sur tout le pays. Pour réaliser ce test, « il a été demandé à l’étudiant mineur de répondre de la manière suivante à la question de savoir s’il était en possession de sa carte d’identité : qu’il était majeur et qu’il n’avait pas sa carte d’identité sur lui. Il lui a aussi été suggéré de donner une date de naissance correspondant à 18 ans ou plus ».

En France, 2 000 buralistes ont déjà été sanctionnés depuis le mois de janvier dernier.

Des conclusions sans appel

A la suite des vérifications effectuées, l’huissier de justice conclut « qu’un mineur d’âge peut acheter des billets de jeux de hasard, sans que son âge soit contrôlé. Lorsque l’âge de l’acheteur est demandé, dans 80% des cas, une simple réponse verbale suffit pour accorder la vente, sans vérification de la carte d’identité ».

Sur les 23 établissements visités, 18 (soit 78%) ont vendu un billet de loterie à un mineur sans contrôler son âge ; 4 (soit 17, 5%) ont demandé l’âge du mineur et ont accepté de vendre un billet de jeu sans preuve ; 1 seul établissement a refusé de vendre un billet de jeu sans preuve. Au total, dans 95,5% des cas, un mineur d’âge peut acheter un billet à gratter de la Loterie Nationale sans prouver son âge.

Jusqu’à la suspension d’agrément en France

Pourquoi dès lors matraquer le secteur privé des jeux et paris et ne pas prendre des mesures drastiques pour la Loterie Nationale ?
En France, la sanction appliquée par la Française des Jeux (FDJ) est la suspension pure et simple d’agrément pouvant aller de 15 jours à plusieurs mois, voire jusqu’à la suspension définitive, surtout  lorsque les points de vente identifiés comme posant problème sont situé dans des zones sensibles, proches d’établissements scolaires ou fréquentés par des jeunes. Deux mille buralistes ont déjà été sanctionnés depuis le mois de janvier 2022.

En Belgique, en cas d’infraction à la loi, le montant de l’amende s’élève à 10 % du chiffre d’affaires loterie sur une semaine en cas d’infraction. Le montant de l’amende augmente de 10 % à la seconde infraction, et ainsi de suite. Mais, est-ce efficace ? Et dans la négative, pourquoi ne pas être plus regardant ? Il est vrai que la Loterie Nationale a clôturé, à tous les niveaux, une année record en 2021 avec un chiffre d’affaires de 1.530.000.000 euros, en progression de 4,5% depuis 5 ans.
Fin 2021, la Loterie Nationale comptait 7.763 points de vente. Les librairies restent ses partenaires privilégiés. Ils génèrent 48 % de son chiffre d’affaires total. Ceci explique-t-il cela ?