RELATIONS INTERNATIONALES

Nouveau cas de harcèlement sexuel à Wallonie-Bruxelles International

Après des suspicions de malversations, Wallonie-Bruxelles International est désormais secouée par une nouvelle affaire de harcèlement sexuel. BELGAIMAGE

Selon nos informations, une nouvelle stagiaire accuse un directeur en exercice de Wallonie-Bruxelles International (WBI) de comportements déplacés et inappropriés. L’intéressé, âgé d’une soixantaine d’années, aurait envoyé, avec insistance, des messages explicites à la jeune française âgée d’une vingtaine d’années. Elle a dénoncé les faits à la direction qui dit avoir initié une instruction. Le directeur avait déjà fait l’objet d’une plainte en 2019 de la part d’une autre stagiaire. Cette dernière l’avait accusé de mains baladeuses. Après instruction par la justice, l’affaire a été classée sans suite pour prescription. Le procureur du Roi a juste proposé pour la victime une assistance de la part du Service d’accueil des victimes. Mais au sein du service dirigé par le directeur accusé, l’ambiance est tendue. Des agents se demandent pourquoi l’intéressé ne fait pas l’objet d’une mesure d’écartement en attendant la fin de l’enquête interne.

Les langues continuent à se délier au sein de Wallonie-Bruxelles International (WBI), l’organisme chargé de piloter les relations internationales de la Fédération Wallonie-Bruxelles et celles de la Région wallonne. Mais cette fois, il ne s’agit pas de comportements potentiellement illégaux et qui sont aujourd’hui l’objet d’une information judiciaire (avec des investigations confiées à l’Office pour la répression de la corruption/OCRC). Il s’agit plutôt de dénonciation pour des faits de harcèlement sexuel et moral concernant un directeur en poste depuis plusieurs années au sein de WBI.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.