Ingénieur civil depuis 1995, Valérie Thimister (49 ans) a acquis la PME bruxelloise dont l’expertise attire beaucoup de clients et non des moindres, tant dans l’industrie (EDF, Douwe Egberts, Raffinerie tirlemontoise, etc.) que dans le secteur du transport (Infrabel, Stib, SNCF, RENFE, CFL, etc.). Elle veut développer l’activité liée à l’acoustique du bâtiment et va reloger le siège social à Gosselies. A-Tech est une PME en bonne santé qui affiche un bénéfice à reporter de 161.000 euros à fin 2020.

La CGSP-Cheminots, la CSC-Transcom et la SLFP-Cheminots refusent, une seconde fois, de valider le protocole social proposé par les directions du groupe SNCB (SNCB, Infrabel, HR Rail). La CGSP-Cheminots dénonce le manque de personnel opérationnel et la dégradation des conditions de travail et les nouvelles économies imposées notamment au gestionnaire d’infrastructure, Infrabel. La CSC-Transcom estime que la nouvelle mouture du protocole d’accord reste déséquilibrée. La SLFP-Cheminots rappelle que le personnel a déjà fait des efforts ces dernières années et durant la pandémie. Des actions ne sont pas exclues.

Les images de la violente agression de cinq policiers lundi à Molenbeek ont fait le tour des réseaux sociaux. Indépendamment des circonstances en amont qui ont entrainé un tel déferlement de violences ces images ont suscité, à juste titre, de la colère et de l’indignation. Ces images sont choquantes. Autant les violences policières sont à condamner, autant les attaques contre les forces de l’ordre méritent tout autant d’être dénoncées avec fermeté.

A l’appel de la FGTB, une manifestation nationale est prévue ce vendredi 24 septembre à Bruxelles pour réclamer une révision en profondeur de la loi de 1996 qui fixe la marge salariale. Le syndicat socialiste dénonce que le texte bloque toute augmentation significative des salaires. Il espère une grande mobilisation générale afin de faire pression sur les politiques et obtenir une révision de la loi. Le rassemblement est prévu à 10h30 à la gare du nord.

Ça fait déjà quelques semaines que les prix de l’énergie augmentent et le phénomène ne semble pas ralentir. Des scientifiques et des économistes avaient prévu ce mouvement haussier des prix de l’énergie, mais on ne les a pas crus. Et pourtant, il se réalise et chacun, notamment dans le monde politique, y va de ses solutions pour contrer la hausse des tarifs (chèque énergie, TVA à 6%, etc.) sans qu'il y ait encore un consensus sur une option. Mais il est déjà trop tard. De nombreux citoyens sont déjà acculés et se demandent comment ils feront pour s’en sortir pendant que les politiques réfléchissent à la question. Les entreprises, dépendantes d’énergie pour assurer leur production, se posent aussi des questions devant la hausse du coût des matières premières. Quel manque d’anticipation ! Comme si les responsables politiques n’avaient pas vu le phénomène arriver ou qu’ils n’avaient pas été prévenus…

Le conseil d’administration de la RTBF a approuvé la décision d’une démission d’office de Christine Sprumont, ancienne conseillère et ancienne responsable du service administratif auprès de la direction des ressources humaines de la télévision publique. Elle est soupçonnée d’avoir transmis à la presse les irrégularités sur le salaire de l’administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot. C’est la deuxième fois qu’elle est licenciée pour le même motif. La première décision prise à son encontre a été suspendue en février dernier par le conseil d’Etat. Son avocat, Me Xavier Close, a déjà indiqué qu’il contestera cette nouvelle décision devant la plus haute juridiction administrative.

Le collège des Bourgmestre et échevins de la ville de Liège a notifié samedi aux dirigeants de Tadam le choix de la Fondation privée comme gestionnaire de la salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR) pour trois ans. La salle de shoot rouvre ses portes dès ce lundi 20 septembre. Mais les autorités communales ont imposé des conditions. En échange elles ont accepté la demande des dirigeants d’une aide de 100.000 euros par an jusqu’en 2024. La Région wallonne aurait également revu sa contribution annuelle à la hausse. Les préavis des travailleurs vont être levés. Le coordinateur général du projet, Dominique Delhauteur envisage de passer bientôt la main.

L’actuelle directrice général d’Interel Belgium (rebaptisée Dentons Global Advisors Interel) a été choisie pour assurer la direction de la communication de l’énergéticien Engie Electrabel en Belgique. Florence Muls a une solide expérience en matière de gestion de stratégies de communication corporate et de la communication de crise. Elle reprend les missions d’une autre Florence et va devoir relever de sérieux défis, notamment toute la communication autour de la sortie du nucléaire.

Déjà administrateur d’IPM depuis quelques années, le baron Pierre Rion vient d’être nommé président du groupe de presse familial IPM, éditeur de la Libre et de la DH. Le groupe a racheté les Editions de l’Avenir (EDA), une opération réalisée avec trois partenaires dont Bernard Delvaux, Pierre Rion et Juan de Hemptinne. Les résultats consolidés d’IPM Group indiquent un chiffre d’affaires de 104,6 millions en 2020, en baisse par rapport à celui de 2019 (118,30 millions d’euros). Le bénéfice consolidé chute également d’environ 3,7 millions en 2019 à un peu moins de 2 millions en 2020. Mais la dette d’IPM Group a augmenté de plus de 20 millions d’euros, passant de 19,89 millions en 2019 à 40,22 millions en 2020.

Christine Sprumont, conseillère et responsable du service administratif RH auprès de la direction générale des ressources humaines de la RTBF a introduit une demande d’intervention psychosociale formelle auprès de Cohezio, service externe de prévention et de protection au travail. Sa demande a été acceptée le 12 juillet. Par ailleurs, la nouvelle procédure disciplinaire à son encontre afin de la licencier devrait être évoquée au conseil d’administration de la RTFB ce vendredi 17 septembre. Le conseil d’Etat a suspendu le 19 février dernier la sanction disciplinaire de licenciement prise à son encontre le 24 août 2020. Rebondissement dans le différend qui oppose Christine Sprumont à la RTBF et son administrateur général, Jean-Paul Philippot. Il s’agit de la conseillère et responsable du service administratif RH auprès de la direction générale des ressources humaines de la télévision publique. Selon nos informations, elle a déposé une plainte pour harcèlement moral contre Jean-Paul Philippot auprès de Cohezio, un service externe de prévention et de protection au travail. Concrètement, il s’agit d’une demande d’intervention psychosociale formelle pour harcèlement moral, acceptée par Cohezio le 12 juillet dernier. Contactée par nos soins, la porte-parole de la RTBF confirme l’existence de la plainte, mais se refuse à la commenter en raison d’une nouvelle procédure disciplinaire à l’encontre de l’ancienne cadre de la RTBF.