Réunis dans les locaux de l’Université du Travail à Charleroi, les Libéraux francophones ont approuvé, ce samedi 13 juillet, à l’unanimité la participation du MR aux Gouvernements wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ils étaient plus d’un millier à répondre à la convocation envoyée la veille, la satisfaction se lisait sur tous les visages, de même que la reconnaissance vis-à-vis de leur président, Georges-Louis Bouchez, qui a amené le MR à engranger près de 30% des voix lors des élections régionales en Wallonie. Mais ils sont aussi nombreux à considérer qu’il faut répondre aux attentes et concrétiser les promesses pour éviter toute désillusion, synonyme de désaffection des électeurs dans 5 ans. Sur le plan institutionnel, même si la répartition des compétences n’est pas encore finalisée, Georges-Louis Bouchez a indiqué samedi que le futur ministre-Président wallon aura aussi en charge la compétence du Budget et des Finances afin de garantir le respect de la trajectoire budgétaire intégrant les économies à réalise (880 millions d’euros sur la législature). Cette précision semble donner une indication sur le futur locataire l’Elysette à Namur où des observateurs voient s’installer le titulaire du portefeuille du Budget sortant, Adrien Dolimont ou le président du himself…

Les Libéraux rassembleront leurs troupes ce samedi 13 juillet à 10h30 dans la salle Zénobe Gramme à Charleroi. Elles devront se prononcer sur l’accord de gouvernement (en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles) et valider la participation du MR au Gouvernement wallon et à celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pratiquement en même temps, Les Engagés ont convié leurs membres à la salle d’Aula Magna à Louvain-la-Neuve pour la convention de participation. La présentation de la Déclaration de politique régionale (DPR) et de celle de Politique communautaire (DPC) est prévue aux alentours de 10h suivie d’une séance de questions-réponses avant le vote sur la participation prévue à 12h. Dans un camp comme dans l’autre, sauf grande surprise de dernière minute, les membres tant du MR que des Engagés devraient valider la participation aux Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est prévu que les ministres du Gouvernement wallon prêtent serment lundi matin 15 juillet, alors que ceux de l’exécutif de la Fédération Wallonie devraient le faire mardi 16 juillet. Quels sont les ministrables ? Georges-Louis Bouchez et Maxime Prévot ne devraient pas monter dans les deux exécutifs et devraient conserver leur mandat de président…

L’Union des classes moyennes (UCM) estime que les Déclarations de politique régionale (DPR) et communautaire (DPC) « traduisent une ambition, une vision pour un climat favorable au redéploiement économique et au redéploiement de l’entrepreneuriat en Région wallonne comme en Fédération Wallonie-Bruxelles ». L’UCM salue le choc de la simplification administrative ainsi que celle des aides à l’emploi et la réorganisation annoncée du Forem. Le son de cloche est également identique chez les dirigeants du Syndicat neutre pour indépendants (SNI) qui se réjouissent dans la DPR « de nombreux points favorables à l’entreprise ». Mais ils demandent de passer très vite « de la parole aux actes ». La fédération des entreprises technologiques, Agoria, se réjouit des accents mis sur des secteurs de pointe comme l’aéronautique, le spatial, al défense, l’industrie manufacturière, le nucléaire, l’hydrogène, les technologies de capture et de stockage de carbone, l’IA et la cybersécurité. L'Union wallonne des entreprises (UWE), désormais baptisée AKT for Wallonia (suite au rapprochement avec les Chambres de commerce de Wallonie) estime que la DPR envoie un message d'optimisme. 

Le programme de gouvernements présenté ce jeudi 11 juillet un programme de gouvernement qui prévoient de grandes réformes pour remettre la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles sur de nouveaux rails. Les Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles passent de 13 à 10 ministres avec beaucoup de ministres à double casquette. Les deux partis vainqueurs des élections régionales s’engagent à réduire le personnel de cabinets ministériels de 10% et de travailler davantage avec les administrations. Il est question aussi de supprimer les conseillers provinciaux en remplaçant leurs instances par une structure supra-communale où siègeront les bourgmestres. La fusion des réseaux d’enseignement officiels est également à l’agenda, de même que la mobilité des enseignants entre le réseau officiel et le libre. Dcouvrez l'intégralité des deux déclarations de politique.

Selon nos informations, l’actuelle présidente ad intérim du SPF Justice, Sarah Blancke, a été désignée comme nouvelle directrice générale de HR Rail, l’employeur des cheminots du transporteur ferroviaire, SNCB, et du gestionnaire d’infrastructure, Infrabel. La société HR Rail Rail a donc en charge la gestion d’un effectif de plus de 27.000 cheminots ETP dont quelque 18.000 à la SNCB et environ 9.500 collaborateurs chez Infrabel. Sarah Blancke va remplacer Paul Hautekiet, en poste depuis le juillet 2017 et qui part à la pension le 1er octobre 2024. C’est également HR Rail qui organise le dialogue social au sein des chemins de fer belges. La nouvelel directrice générale de HR Rail n’arrive pas en terrain inconnu dans le secteur ferroviaire, car elle a déjà travaillé comme « Human capital manager » de la SNCB de 2018 à 2021 avant de rejoindre le SPF Justice comme directrice du personnel.

Le roi Philippe a désigné ce mercredi 10 juillet le président de la N-VA, Bart De Wever, formateur, après que ce dernier ait effectué un première mission en tant que préformateur. Il reste maintenant à Bart De Wever de confirmer les premiers échanges qu’il a...

Le nouveau rapport des Nations unies sur la situation dans le Nord-Kivu indique que le Gouvernement congolais a recours à des groupes armés baptisés Wazalendo pour combattre le Mouvement du 23 mars (M23) et que c’est l’utilisation officielle de ces groupes armés qui est à...

Selon nos informations, un conseil d’entreprise extraordinaire s’est tenu ce lundi 8 juillet au CDMO à Flémalle lors duquel il a été communiqué aux représentants des travailleurs que les candidats repreneurs renoncent à poursuivre les négociations pour le rachat de l’usine de Mithra. Les deux praticiens ont indiqué qu’ils vont se retourner vers le tribunal de l’entreprise pour constater la fin de leur mission avec comme suite logique, la faillite du CDMO. Leur mission avait été prolongée jusqu’au 31 juillet afin de poursuivre les négociations avec d’éventuels repreneurs. Mais visiblement, celles-ci n’ont pas porté leurs fruits. Les syndicats parlent d'un beau gâchis. La question est de savoir ce qu'il adviendra de Novalon, l'autre filiale de Mithra. En attendant, ils vont demander la mise en place d'une cellule psychologique pour les travailleurs (110 collaborateurs) et une autre de reconversion au Forem.

Le second tour des législatives a livré ce dimanche 7 juillet ses résultats et même s’ils ne sont pas encore définitifs, la vague du Rassemblement national (RN) a été bien contenue cette fois. Les désistements et les appels à opposer un front républicain aux candidats...

Après la Commune de Chièvres qui a décidé de porter plainte contre X avec constitution de partie civile ainsi que la décision allant dans le même sens des autorités communales de Braine-Le-Comte et de l’administration wallonne, l’asbl SOS Notre Santé s’apprête à leur emboîter le pas. Ses responsables ont préféré faire les choses dans l’ordre en constituant d’abord une association de fait dont la mission première est d’offrir un lieu d’échange et d’informations pour les victimes de la contamination aux PFAS dans la région de Chièvres. Désormais, l’association s’est dotée d’une personnalité juridique afin de lancer et de représenter les victimes dans les procédures judiciaires. La prochaine étape du processus est de se joindre à l’action initiée par la Commune de Chièvres pour limiter les frais relatifs à la caution obligatoire à payer. Artisan de la création du compte Facebook SOS Notre Santé et la démarche pour doter l’association d’une personnalité juridique, Geoffrey Pessemier dénonce les incohérences et les retards dans la prise en charge des victimes de la contamination aux PFAS. Il rappelle que plus de 10.000 personnes sont aujourd’hui inquiets.