EDITO

Une fête nationale au goût amer

BELGA
  • 180
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la deuxième année consécutive, les Belges ne seront pas vraiment à la fête en ce jour du 21 juillet 2021. Célébrée depuis le 21 juillet à la suite d’une loi du 27 mai 1890, la Fête nationale vise à commémorer la prestation de serment du premier roi des Belges, Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha le 21 juillet 1831, jurant sa fidélité à la Constitution. Ce serment marqua la naissance d’une Belgique indépendante, sous un régime de monarchie constitutionnelle et parlementaire. Cette année, la Fête nationale aura plutôt un goût amer. Et pour cause.

Après l’édition 2020 marquée par la crise sanitaire qui connaissait un nouveau pic de contaminations durant la période estivale, les Belges espéraient placer la Fête nationale de ce 21 juillet 2021 sous le signe des libertés retrouvées, mais l’arrivée des différents variants du Covid-19, principalement du variant Delta, a quelque peu freiné l’enthousiasme des Belges. Les inondations meurtrières de la semaine dernière, qui ont fait de nombreuses victimes, ont fini par doucher l’espoir de la population placé en cet été 2021. Même si c’est le sud du pays qui a payé le prix fort aux intempéries, c’est toute la population belge qui s’est sentie meurtrie. L’élan de solidarité nationale qui a suivi la catastrophe des inondations illustre le fait que c’est tout le pays qui s’est senti concerné.

Le discours du Roi a bien pris la mesure de la situation. Sa majesté a choisi les mots justes pour parler au peuple belge en relevant que seuls, nous n’y arriverons pas, en rappelant qu’au-delà de « nos savoir-faire et de notre créativité », nous devons toujours revenir à des « valeurs humaines » que sont la générosité, l’empathie et le courage. Si le peuple belge a su faire montre de ces valeurs devant les inondations meurtrières, pourquoi nos représentants n’en feront-ils pas de même devant un autre drame qui se joue devant nos yeux : la situation critique des 475 sans-papiers qui ont entamé une grève de la faim depuis près de 60 jours en désespoir de cause et dont la santé et la vie sont menacées par une action qu’il faut prendre comme un appel au secours plutôt que comme du chantage. Le roi Philippe a dit sa confiance en la capacité du peuple belge à rebondir après les épreuves, il reste donc à espérer que nos gouvernants sauront trouver la solution pour ramener la confiance entre les parties impliquées dans ce dossier des sans-papiers et permettre à chacun de rebondir positivement. Quant aux sinistrés des inondations de la semaine dernière, espérons que d’ici le 21 juillet 2022, des avancées significatives seront réalisées dans leurs dossiers pour que la Fête nationale  de l’année prochaine soit un moment de joyeuses festivités.


  • 180
  •  
  •  
  •  
  •  
  •