TRANSPORT PUBLIC

Bruxelles: la Stib mise sur des bus à propulsion électrique et roulant l’hydrogène

Un des bus électriques circulant actuellement sur certaines lignes de la Stib à Bruxelles. D.R.

Un appel à participation pour un accord-cadre s’est terminé en février 2022 pour la participation à un futur marché d’installation d’équipements de recharge rapide d’autobus aux terminus. La Stib prévoit de commander un nombre important d’autobus électriques. Certaines lignes devraient être généralisées en bus électriques d’ici 2024. Six ou sept opérateurs ont marqué leur intérêt pour ma demande de la Stib, mais le cahier des charges n’est pas encore établi. Quant au bus roulant à hydrogène, la société a loué un exemplaire pour deux ans pour faire les tests nécessaires avant de se lancer dans une commande. Mais l’expérience du bus à hydrogène connaît des ratés au démarrage…

L’appel d’offres publié pour une participation à ce marché vise un accord-cadre pour l’étude, la fourniture, l’installation et la mise en service d’infrastructures et d’équipements permettant la recharge rapide aux terminus d’autobus à propulsion électrique.

Par infrastructures, on entend des mâts de recharge, des cabines électriques préfabriquées, des boitiers de connexions en voirie et du câblage. Par équipements, on entend des tableaux moyenne et basse tension, des transformateurs de puissance et des chargeurs rapides pour autobus à propulsion électrique. Les infrastructures et les équipements seront à installer à différents endroits sur le territoire de la région de Bruxelles-Capitale.

Il pourrait tout aussi bien s’agir de terminus de bus situés dans l’espace public que de lieux proches de locaux à équiper (éventuellement souterrains) mis à disposition par la Stib. L’accord-cadre porte sur une quantité d’environ 30 points de recharge à équiper, répartis sur une dizaine de terminus (2 à 4 points de recharge par terminus), le tout à installer avant 2024. « L’appel d’offres à participation a été effectivement clôturé en février dernier et nous avons reçu 6 ou 7 marques d’intérêt. Le cahier des charges n’est pas encore établi et il est trop tôt pour en parler », nous a confirmé Cindy Arents, porte-parole de la Stib.

Vous voulez lire la suite de cet article ?

Cet article premium est réservé à nos abonnés.

Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous.

Pas encore abonné ? Abonnez-vous à L Post pour lire la suite et accéder à de nombreux autres contenus exclusifs.