INONDATIONS

Wallonie: des milliers de familles à reloger

  • 288
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au lendemain de la fête nationale, le bilan provisoire des inondations de la semaine dernière fait état de 32 personnes décédées et de 18 personnes toujours portées disparues. A Liège, Trooz, Verviers ou Pepinster, des milliers de familles se retrouvent sans logement. A Liège, le bourgmestre Willy Demeyer lance un appel au secteur privé. Le politique n’est pas prêt à se passer de la solidarité spontanée de la population.

Ce mercredi, la Ville de Liège a dressé un premier constat global de la situation sur son territoire. Rien que pour la province de Liège, 10.000 personnes se retrouvent sans logement.  Une fois de plus, le politique se tourne vers la mobilisation de la population, fait appel au privé et lance un appel afin de trouver des solutions rapidement. Solution, à court ou moyen terme. Pour ce faire, une Cellule de coordination provinciale de solidarité a été mise en place. Elle est chargée de faire le lien entre les propositions d’aides émanant des entreprises, associations ou citoyens et les besoins des sinistrés recensés par les communes et les CPAS. Celle-ci est joignable par téléphone 04/279 49 90 ou par émail : solidarite@provincedeliege.be tous les jours de 9 à 17 heures. Rien que sur Liège, un peu plus de 12 000 personnes ont été impactées par les inondations, principalement à Chênée, Angleur ainsi que dans quatre rues de Jupille.

A Trooz, le chaos

A Trooz, la commune, fortement affectée par les inondations, a dressé elle aussi un premier bilan des dégâts. Dramatique. La petite commune de 8749 habitants est complètement dévastée.  Les autorités locales ont mis en place toute une série d’aides concrètes et d’informations pratiques en faveur des familles sinistrées. “L’ampleur du travail est colossale, il faudra des années pour reconstruire, pour panser les énormes plaies psychologiques. Le collège en appelle à la mobilisation des pouvoirs provinciaux, régionaux et fédéraux”, commente le bourgmestre Fabien Beltran. A Trooz, 47% de la population est impactée, soit 4000 personnes, et 600 personnes sont déjà à reloger. Un couvre-feu a également été instauré de 23h à 6h afin de faire face à des vagues de pillages. La police fédérale et bruxelloise devraient y intervenir en renfort tout le week-end. Malgré le millier de bénévoles investi depuis presque une semaine, l’ampleur de la tâche s’annonce dantesque à Trooz. “En outre, le travail est rendu très difficile par la perte de serveurs informatiques noyés, l’indisponibilité de la majorité des locaux administratifs équipés, également sous eaux”, poursuit Fabien Beltran qui pilote le centre de crise hébergé par la zone de police Secova afin d’accélérer l’aide d’urgence à distance.

Verviers et Pepinster même combat

Même combat aussi sur Verviers où plus de 10.000 personnes devront trouver un nouveau logement, rien que pour la commune de Verviers, annonçait hier soir Alain Barbier, le chef de corps de la zone de police Vesdre. A Pepinster également, de nombreux citoyens ont dû quitter leur maison, envahie par les eaux. Une vingtaine d’entre elles se sont effondrées sous la force des flots, d’autres représentants un danger devront probablement être abattues. Le bilan évalue à 2000 personnes qui devront être relogées dans les prochains jours.


  • 288
  •  
  •  
  •  
  •  
  •