Créé en 1987, le programme Erasmus, s’offrait pour ses trente ans, en 2017, les premiers Erasmus Days pour célébrer sa création. Toute cette semaine, la jeunesse européenne célèbre le programme à travers des milliers de manifestations à travers toute l’Europe. En 2022, 58 pays y ont participé. Le programme d’échange se poursuit sans la présence des étudiants britanniques, depuis le Brexit. Néanmoins, depuis le départ du Royaume Uni de l’Union européenne, ils sont encore 33 pays à participer à toutes les actions du programme Erasmus+ : les 27 Etats membres de l’Union européenne ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Macédoine du Nord, la Norvège, la Serbie et la Turquie. Les voyages facilitent les rencontres, entre 1987 et 2014, on estimait à un million, le nombre de bébés nés d’unions rendues possibles grâce au programme Erasmus. Zoom sur les chiffres du programme. A sa création en 1987, le programme comptait 11 pays participants (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni). En 2023, aux côtés des 33 « pays du programme », on retrouve aussi  d’autres pays ayant le statut de « partenaire ». Au total, près de 200 pays peuvent donc participer à certaines actions d’Erasmus+.

Du 9 au 14 octobre se tient la 7ème édition #ERASMUSDAYS 2023. En 2022, près de 6 300 événements étaient organisés dans 58 pays. La Belgique, naturellement, y participe avec plus de 70 événements proposés toute la semaine aux quatre coins du pays. Concerts, débats, flashmob, concours, expositions, spectacles, portes-ouvertes…tous les porteurs de projets Erasmus+ et les acteurs de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport sont invités à y participer. Objectif: renforcer l'identité européenne de la jeunesse. Initiés par l’Agence Erasmus+ France / Education Formation, les #ErasmusDays sont « le » rendez-vous de la rentrée pour s’informer sur les opportunités offertes à tous par le programme d’échanges Erasmus+ dans les différents secteurs de l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Comme l’an dernier, le nombre de manifestations présentés cette semaine est important.

De Bruges à Eupen

Dès ce mardi 10 octobre, le Collège Saint-François d’Assise de Ans, près de Liège, organise « ERASMUS + : LET’S CELEBRATE ! », une journée de préparations des futures mobilités (workshop Cv, lettre de motivation sous format Europass, capsule vidéo pour présentation individuelle) et de partages d'expériences avec les anciens bénéficiaires du programme. Cet Erasmus Day permettra aussi de célébrer l’accréditation reçue avec un mini buffet de mets spécifiques aux couleurs des anciennes destinations ainsi qu'un magnifique gâteau à l’effigie de l’Europe. Trois challenges seront proposés tout au long de la journée : kahoot, flashmob et concours photo. A Namur, la Haute Ecole de Namur-Liège-Luxembourg (Hennalux) organise un Forum mobilité le 10 octobre également et ce, dans chacune de ses implantations: à Namur, Bastogne, Virton, Arlon, Seraing... Ce Forum est destiné à tous les étudiants de la Haute Ecole. Au programme : des informations pratiques concernant les types de mobilités (long, moyen et court séjour), la mobilité physique et la mobilité virtuelle, les destinations et de nombreux témoignages d’étudiants et de membres du personnel ayant bénéficié d'une mobilité et/ou d'une expérience internationale.

BRUXELLES. En Belgique, le statut d’aidant proche est bel et bien reconnu depuis 2014 mais qu'en est-il si on poursuit un cursus scolaire? Gérer ses études et soutenir un parent proche en situation de dépendance représentent un réel défi. Afin de faciliter le parcours académique de ces étudiants, l’ULB leur accorde désormais le statut d’étudiant à besoins spécifiques (EBS). Il s’agit d’une première au sein des universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

SERAING. L’Ecole des Cadets de la Province de Liège fête cette année ses 15 ans d’existence. Pour célébrer cet anniversaire et le nouvel élan donné à l’Ecole des Cadets, une journée académique et de présentation a eu lieu le dimanche 3 septembre à la Maison provinciale de la Formation, à Seraing. Cet anniversaire est l’occasion de jeter un regard dans le rétro et de présenter les nouvelles perspectives positives tant pour l’avenir de l’Ecole que pour le métier de Sapeur-Pompier.

La seule école pilote belge

Si à sa création la formation ne permettait pas l’obtention d’un brevet professionnalisant, l’Ecole des Cadets a rapidement évolué et prouvé l’importance de son rôle puisque depuis 2016, elle délivre un brevet qui représente 70 % de la formation officielle d’un sapeur-pompier. Ce ne sont pas moins de 122 jeunes qui ont ainsi obtenu ce brevet. A l’issue de cette formation de deux ans, il ne reste donc plus aux Cadets qu’à terminer la formation en zone de secours pour obtenir le titre de Sapeur-Pompier et débuter leur carrière. Un gain de temps essentiel pour ce métier en pénurie et pourtant indispensable à la sécurité des citoyens.

Une formation reconnue

La qualité de la formation dispensée à l’Ecole des Cadets de la Province de Liège et le succès rencontré lui ont permis de se distinguer au niveau national et de devenir la seule école pilote en Belgique. Cette désignation par le KCCE, l’organisme fédéral de la sécurité civile en Belgique, permet désormais de proposer une formation de Cadet-Pompier équivalente à celle de Sapeur-Pompier, dénommée le B01.
Notre objectif est que 60 % des futurs Cadets intègrent les zones de secours.
« A partir du mois de septembre, les Cadets qui débutent vont suivre la nouvelle mouture de la formation. Celle-ci sera de 232 heures au lieu des 185 dispensées précédemment. Grâce à cette augmentation de la durée de la formation, le brevet qu’ils obtiendront équivaudra à 100 % de la formation de Sapeur-Pompier » explique l’Adjudant Joël Delvaux, Coordinateur de l’Ecole des Cadets de la Province de Liège. « Les zones de secours ont tiré la sonnette d’alarme face au manque criant de sapeurs-pompiers. Cette nouvelle formule est un élément de réponse face à cette pénurie » ajoute-t-il.

L’Université de Liège et la Communauté germanophone renouvellent un accord de coopération, qui engage également la Haute École Autonome Hochschule Ostbelgien, concernant la formation des maîtres. Les partenaires s’engagent en particulier à collaborer à l’organisation en Communauté germanophone d’une formation permettant aux professeurs de cours généraux dans l’enseignement secondaire ou supérieur, qui ne disposent pas du titre requis ou suffisant, d’obtenir un certificat d’aptitude pédagogique (CAP+) reconnu en Communauté germanophone. Cette formation est organisée par la Hochscule Ostbelgien en collaboration avec le CIFEN (Centre Interfacultaire de Formation des Enseignants) de l’ULiège. En 2022-2023, 340 étudiants domiciliés en Communauté germanophone étaient inscrits à l’Université de Liège.

Depuis 2022, les étudiantes et étudiants du Bachelier en Chimie organisé par la Haute Ecole de la Province de Liège (HEPL) peuvent se spécialiser dans le domaine de la biotechnologie et choisir l’option biopharmaceutique, qui forme au travail dans les entreprises pharmaceutiques, en production et en laboratoire de recherche et développement. La première diplômée de cette option, Léa Brignon, a été proclamée ce 28 juin sur le Campus Gloesener à Liège. Cette semaine est celle des remises des résultats et des diplômes pour un certain nombre de jeunes. A la Haute Ecole de la Province de Liège (HEPL), section biopharmaceutique, la première diplômée de l'option s'appelle Léa Brignon; elle a été diplômée ce 28 juin .

Un secteur en pleine expansion

« Le secteur biopharmaceutique est en pleine expansion et la perspective d’être une pionnière dans cette option m’a attirée, explique-t-elle. Les cours sont novateurs et adaptés aux besoins des entreprises. La pratique est très importante à la HEPL : les visites d’entreprises, des formations supplémentaires et le stage de 5 mois en dernière année m’ont permis de me projeter dans le monde professionnel. »   [caption id="attachment_42868" align="alignnone" width="560"] Léa Brignon, première diplômée de la section ce 28 juin.[/caption]

Du jeudi 6 au dimanche 9 juillet se dérouleront la 16ème édition des Ardentes, l'événement musical d’ampleur qui réunit plus de 200.000 personnes sur les hauteurs de Liège. Le CHU de Liège et la Citadelle seront à nouveau présents, cette année, sur le site du festival pour réaliser différentes missions de sensibilisation et de dépistage. C'est l'événement estival tant attendu des jeunes et des autres. Si l’humeur est évidemment à la fête lors de ce genre de rassemblement, il ne faut pas oublier les différents dangers auxquels sont potentiellement exposés les festivaliers : abus d’alcool, consommation de drogues, harcèlements voire agressions sexuelles, … L’idée n’est évidemment pas d’alarmer les jeunes, et moins jeunes, mais plutôt de les sensibiliser et de les inciter à la prudence.

Tous les services sur les starting-blocks

Différentes initiatives seront mises en place par le CHU de Liège et l’Hôpital de la Citadelle. Ainsi, le Centre de Prises en charge des Violences Sexuelles (CPVS) du CHU de Liège sera présent via un stand de sensibilisation. « Il est important pour nous d’être présent lors de ce type d’événement, pour réaliser de la prévention autour des violences sexuelles en festival », explique Carine Thirion, coordinatrice du Centre. « Même si le CPVS n’a, à la base, pas de vocation préventive, les infirmières et psychologues pourront néanmoins conseiller les festivaliers sur les dispositifs antidrogues (du viol notamment), les bons gestes à adopter en cas de problème ou encore les procédures à mettre en place en cas d’agressions ».

« Close » du réalisateur gantois Lukas Dhont a remporté hier le Prix européen LUX du public 2023, lors d’une cérémonie dans l’hémicycle du Parlement européen à Bruxelles. Le film lauréat l’a remporté en combinant le vote du public et celui des députés, chacun représentant 50% du résultat final. La plateforme du Prix a reçu environ 45 000 notations (sur une échelle allant d’une à cinq étoiles) de la part des spectateurs européens et de 360 de députés. Le prix LUX du public est décerné tous les ans par le Parlement européen et la European Film Academy, en partenariat avec la Commission européenne et Europa Cinemas. Ce prix met à l’honneur le cinéma européen et vise à sensibiliser aux questions sociales, politiques et culturelles en Europe. LUX – Le prix du public du cinéma européen (en bref: prix LUX du public) du Parlement européen et de la European Film Academy (EFA) – témoigne de l’engagement du Parlement européen en faveur de la culture. Cette initiative encourage la diversité culturelle et soutient de manière tangible le cinéma et les arts.

MONS. Les 11, 12, 13 juillet prochains marquent le lancement d’un projet d'inclusion numérique porté par Inetum et destiné aux jeunes montois âgés entre 16 et 25 ans. Studio Digital offrira des ateliers à un maximum de 12 jeunes pour se former aux outils et usages digitaux et développer ainsi leur confiance et leur compétences numériques. À l'issue de cette formation créée en partenariat avec iDrops, ces jeunes recevront un diplôme. Cet engagement s'inscrit pleinement dans la démarche active d'Inetum en matière de responsabilité sociale des entreprises.