OPINION

Parlons d’Histoire et de “covid”

Shutterstock
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an déjà que nous vivons ce drame humain, économique et social nommé Covid-19. Comment l’expliquer ? Bien sûr, la pandémie est causée par ce maudit virus qu’abrite dame Nature, dans un rôle bivalent, car, par ailleurs, elle nous offre les moyens d’y remédier par les éléments qu’elle contient et notamment par le génie de l’homme. Mais, parmi les agents porteurs et propagateurs d’épidémie, il faut aussi compter certains de nos comportements : une frénésie de voyages toujours plus lointains et, surtout, une irréfragable soif de profits toujours plus élevés.

Accompagnant les colonisateurs (…), les virus européens inconnus des populations amérindiennes provoquèrent de gigantesques génocides

Que nous enseigne les leçons de Clio ? C’est l’impérialisme maritime et commercial de la cité d’Athènes qui lui vaut une épidémie de peste en 430 av. J.C.  Ses bateaux voguant sans trêve du levant au ponant lui ont ramené la maladie mais ont également permis l’édification du Parthénon…  Le grand stratège Périclès en mourra l’année suivante, et peu de temps après la parenthèse démocratique.

La grippe espagnole, en 1918-1919, fit entre 20 et 50 millions de morts.
La grippe de 1968 dite grippe de Hongkong, fit un million de morts selon l’OMS.

Après les croisades, la fascination des richesses de l’Orient, en particulier l’or qu’on peut tirer du commerce des épices, conduit les républiques marchandes italiennes à multiplier les comptoirs en Méditerranée et les Génois embarquent alors dans leurs vaisseaux la peste née en Asie centrale en 1346. L’épidémie dura trois ans et fit chuter la démographie européenne de près de 50% .

Et que dire de la première mondialisation de la fin du XVème siècle ? Accompagnant les colonisateurs en quête de l’Eldorado, les virus européens inconnus des populations amérindiennes provoquèrent de gigantesques génocides. La guerre planétaire de 1914/18 s’acheva avec la monstrueuse épidémie de grippe dite espagnole ; citons encore les épidémies à répétition en Afrique, carrefour des intérêts économiques sino-américains.

Envisager l’avenir

Quelles solutions pour le monde de demain ?  Evidemment, il nous faudra mieux respecter la nature ; s’attacher à restreindre la mondialisation des échanges, en la contrôlant davantage au point de vue sanitaire. Sans chercher l’autarcie, privilégier le commerce local et régional. Ne plus avoir les yeux rivés sur la croissance du PNB et, sans chercher la décroissance prônée par certains, encourager tout ce qui fait croître l’être et la solidarité partout.
De plus, dans la philosophie de l’histoire, peut-être devrait-on se souvenir des grands textes fondateurs de notre civilisation judéo-chrétienne.

A ceux qui gouvernent à tous niveaux, à bon entendeur…

Myriam MARIE
Historienne 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •