RAPPEL HISTORIQUE

Le 20 décembre 1966 sonnait la fin des trains à vapeur en Belgique

Un bel engin à redécouvrir bientôt. La loco 29.013 entre à la gare de Spontin lors d'un festival vapeur organisé par l'association PFT. D.R

Ath, le 20 décembre 1966 : le tout dernier train tracté par une locomotive à vapeur effectuait son dernier trajet officiel en Belgique. Les premiers trains circulèrent en Belgique dès le 5 mai 1835. La Belgique fut le premier pays sur le continent européen à faire circuler des trains. La SNCB songe à remettre en service deux locomotives à vapeur pour des parcours historiques.

L-Post a besoin de vous !

Après 18 mois d’existence sur fonds propres et grâce à nos abonnés, L-Post et son équipe ont besoin de vous pour poursuivre l’aventure et continuer à vous informer en toute indépendance et sans pression.
La recherche de l’information qui dérange et sa publication ont un coût. Nous ne dépendons d’aucun grand de presse et ne bénéficions d’aucune aide à la presse réservée aux médias traditionnels. Notre conviction : le journaliste a le devoir d’enquêter et le courage de révéler tout ce qui est d’intérêt public. Si vous voulez que ce journalisme qui vous informe avec rigueur et en profondeur existe, soutenez notre campagne de Crowdfunding via ce lien.

Le mardi 20 décembre 1966 marque particulièrement l’histoire ferroviaire belge. En effet, le train omnibus 8155 est le dernier train voyageurs en service commercial de la SNCB tracté par une locomotive à vapeur entre Ath et Denderleeuw. Peu avant 14h, la locomotive à vapeur numérotée 29.013 se met en tête d’un train composé de 5 voitures tarant 215 tonnes.

A Ath, l’harmonie de Cuesmes assure l’ambiance musicale, à Denderleeuw ce sera celle de Bruxelles. Alfred Bertrand, ministre des Communications de l’époque, en charge des Transports, prononce un petit discours sur l’historique de la SNCB et siffle le départ du train. A cette époque, les nouvelles technologies ferroviaires sont à l’heure du train mû par l’électricité, et pas le diesel. La SNCB est fière de ses premières locomotives bi-courant et poly-tensions qui passent les frontières et qui permettent de tracter de prestigieux Trans Europ Express de Bruxelles à Paris, à Cologne et à Amsterdam, et un peu plus tard même jusqu’en Suisse à Spiez.

Déjà des retards à l’époque

Les publicités ferroviaires de la SNCB annonceront même en 1967 sur des placards que le « train polluant n’existe plus ».

Le train part finalement à 14 heures 13 au lieu de 14 heures 07, soit un retard de 6 minutes auxquelles 6 nouvelles minutes s’ajouteront à cause des différents arrêts, ce qui portera le retard total à 12 minutes. Le train regagne 5 minutes sur le trajet (4 minutes lors de l’arrêt à Grammont et 1 minute dans la marche), la vitesse maximale du train s’éleva à 80 km/h.

Alors qu’il avait plu les jours précédents, ce 20 décembre 1966, le soleil est au rendez-vous dans un ciel tout bleu (photo du dernier voyage de la loco 29.013 au départ de la gare d’Ath). La locomotive siffle abondamment dans chaque gare traversée, beaucoup de gens oublient un moment leur travail pour regarder passer le train. Des écoliers, amenés par leurs enseignants sont partout présents et agitent des petits drapeaux aux couleurs de la SNCB. C’est finalement dans la joie et l’allégresse qu’a eu lieu ce dernier parcours et que la 29.013 est entrée dans la légende…

La 29.013 à l’abri des regards pendant 40 ans

Cette locomotive 29.013, construite au Canada en 1945 et arrivée par bateau à Anvers pour la SNCB dans le cadre du Plan de reconstruction Marshall, est restée inactive à peine 5 ans après cette célèbre journée, que déjà des nostalgiques s’efforcent de lui redonner vie.

Ce qui sera effectif dans le courant de l’année 1972 à l’atelier de Schaerbeek. Le 2 septembre 1972, la 29.013 se lance en tête d’une rame composée d’antiques voitures GCI et c’est le début d’une nouvelle vie : celle des trains touristiques !

Par la suite, durant de longues années, la 29.013 tractera des trains touristiques dans tout le pays. Pour beaucoup de générations qui n’auront connu qu’elle, elle symbolisera la locomotive à vapeur dans toute sa splendeur.

La 29.013 n’oubliera jamais de revenir dans la gare d’Ath, celle-là même qui fît sa renommée. Ce fût le cas en 1976 pour les 50 ans de la SNCB et les 10 ans de la fin de la vapeur. La 29.013 effectua un périple circulaire par Ath-Leuze-Basècles-Blaton-Saint Ghislain-Mons et retour à Ath. Ath, le 29 août 1976. Elle vint encore en 1985 pour les 150 ans des chemins de fer belges, où elle sera de passage en gare d’Ath.

En 1986 également, pour les 20 ans de la fin de la vapeur, avec comme à l’époque un train entre Ath et Denderleeuw. Cette année-là, elle avait déjà à son actif une carrière touristique plus importante que sa carrière commerciale. En 1992, elle est à nouveau bien présente pour fêter dignement le centenaire du bâtiment de la gare d’Ath rénové pour l’occasion. Des parcours ont lieu au départ d’Ath vers Lessines, Leuze et Jurbise durant 3 jours.

En 1996, elle est encore là pour les 30 ans de la fin de la vapeur, mais des ennuis de santé à sa chaudière l’obligent à renoncer à tracter « son » train, lequel se fera finalement en traction diesel avec les 6041 et 201.010, locomotives musées de la SNCB. A ce moment-là, tous les amateurs pensent bien ne plus la revoir. La 29.013 a été expédiée sur wagons plats pour être réparée à l’atelier allemand de Meiningen. Les nouvelles ne sont pas bonnes car sa chaudière est jugée irréparable et la remise en état s’avère longue et coûteuse.

La loco 29.013 en miniature. D.R.

Difficultés budgétaires…

Cela se passe dans un climat budgétaire difficile pour la SNCB et les priorités sont clairement ailleurs. Malgré tout, le service du patrimoine historique de la SNCB n’a jamais baissé les bras, ni voulu céder malgré des critiques parfois vives sur sa politique et le budget consacré à cela. Il faut dire, que s’il ne devait y en avoir qu’une à garder en état de marche, ce serait bien celle-là…

Enfin et contre toute attente après bien des retards, « notre » 29.013 est revenue à la vie et a franchi à nouveau la frontière belge par ses propres moyens à Montzen, cela se passait le 8 novembre 2003 après 7 années d’inactivité.

A partir de cette date, la 29.013, qui a ainsi retrouvé sa jeunesse en même temps qu’une nouvelle chaudière, entame fermement sa troisième vie. Elle sera vue régulièrement en tête de trains spéciaux en 2004 et en 2005. Les anciens tractionnaires de la grande époque de la vapeur sont partis depuis longtemps à la retraite, mais des conducteurs et instructeurs en activité, tous volontaires, ont été formés afin de permettre à la 29.013 de continuer à rouler et de faire vibrer le cœur des gens avec son inoubliable sifflet Nathan au son typiquement américain.

Equiper la 29.013 du dispositif de sécurité TBL1+

Depuis 2014, plus aucune locomotive historique ni diesel ni à vapeur ne peut plus circuler sur le réseau d’Infrabel, car non équipée de dispositifs de sécurité TBL1+ et/ou ETCS. Au vu du succès de son musée Trainworld établi à Schaerbeek, la SNCB envisage de remettre en service deux locomotives à vapeur dans les prochaines années, et de les engager sur des parcours touristiques autour de Bruxelles en été, par exemple lors des journées du patrimoine ou de festivals vapeur organisés par des associations. Des travaux d’équipement sont prévus pour au moins installer le dispositif TBL1+ sur la 29.013 afin de la faire revivre pour le plus grand plaisir de tous les nostalgiques et autres amoureux des chemins de fer.

Ysaline T.