Son nom avait été acté et confirmé par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le 15 novembre dernier. Le candidat retenu au poste d’Administrateur-délégué du CHU de Liège, l'économiste, Marc De Paoli, a été officiellement désigné dans ses nouvelles fonctions, ce lundi 17 janvier, par le Conseil d’administration du CHU de Liège. Deux jours après son entrée en fonction, il nous livre les raisons de son engagement à la tête de l’institution hospitalière universitaire liégeoise où désormais il entend privilégier l’écoute, le respect et la collaboration participative. Des valeurs fondamentales aux yeux de celui qui ne manquent pas d'expérience dans le secteur des soins de santé. Après 17 ans passés à la tête de la Clinique André Renard et 12 ans comme Directeur de la Centrale des Services à domicile (CSD), Marc De Paoli, a pris ses fonctions à la tête du CHU de Liège, succédant ainsi à Julien Compère. Le nouveau patron du CHU liégeois entend relever les défis inhérents au secteur, entre autres, celui d'améliorer les conditions de travail et le statut du personnel.

La célèbre plateforme d'achat belgo-néerlandaise bol.com lance ce mercredi son site web en français. La filiale d'Ahold Delhaize passe ainsi à la vitesse supérieure en Belgique francophone. Grâce à ce site web, les Wallons et Bruxellois francophones auront accès, dans leur propre langue, à des millions d'articles, allant de l'électronique aux produits ménagers en passant par les produits de luxe tels que les parfums. La large gamme d’articles proposés se base, entre autres, sur des entrepreneurs belges implantés localement, qui se disent satisfaits de ce lancement. C’est le cas de la PME wallonne Doomoo, active dans les articles de puériculture. Bol.com est présent en Flandre depuis 2010, avec à la clé un réel succès : des millions de Flamands connaissent désormais la plateforme d'achat en ligne. « Logiquement, l’étape suivante était donc de rendre notre vaste offre en ligne facilement accessible aux Belges francophones », explique Boukje Taphoorn, directeur du marketing (CMO) de bol.com.

A l’occasion de l’ouverture du « Davos Agenda », Oxfam pointe un enrichissement historique des milliardaires tandis que, dans le même temps, la crise a provoqué une intensification de la pauvreté chez celles et ceux qui étaient déjà en difficulté avant la pandémie. La fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours des dix dernières années. Un record sans précédent, mis en lumière dans le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités mondiales. En outre, il ressort de ce dernier que la pandémie a fait reculer l’objectif de parité femmes-hommes à 135 ans L’explosion des inégalités sévit sur toute la planète. Depuis le début de la pandémie, le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. Les femmes, les personnes racisées et les habitant-e-s des pays en développement sont les plus impacté-e-s par la violence des inégalités.

Le Forem a analysé la demande d'emploi en Wallonie et vient de sortir son bilan 2021. En moyenne sur l'ensemble de l'année 2021, la Wallonie aura compté 201.426 demandeurs d'emploi inoccupés, soit un recul de la demande d’emploi de 3,7 % par rapport à 2020. Une baisse en outre davantage chez marquée auprès des jeunes. Si la crise du coronavirus s'est prolongée tout au long de l'année dernière sur les plans sanitaire et socio-économique, le marché du travail a bénéficié d'une certaine reprise de l'activité économique dès le mois de mars 2021. Le Forem s'est penché sur les chiffres des demandeurs d'emploi. Et pour une dois depuis longtemps, il ressort de cette analyse que le nombre de demandeurs d'emploi a commencé à baisser dès la fin de l'hiver 2021. Mais de nouvelles diminutions ont été observées chaque mois depuis lors. Cette réduction s'explique notamment par l'augmentation du nombre d'offres d'emploi (+ 25 % par rapport à 2020) diffusées par le Forem.

BRUXELLES. En novembre dernier, l’association bruxelloise La Table Ronde de l’Architecture lançait un appel international à projets pour la transformation de l’ascenseur Poelaert posé au cœur du quartier populaire des Marolles. Les projets réalisés sont désormais connus. Et le premier prix revient à la proposition de l'allemand Sean Rhine dont le projet d’ascenseur s’inscrit en continuité avec le style du Palais de Justice et enjambe élégamment la rampe Poelaert pour déposer les voyageurs dans le cœur moyenâgeux des Marolles. Si ce projet était retenu par les autorités publiques, il embellirait considérablement le centre de la capitale en plus de remettre les métiers d’art et les matériaux naturels à l’honneur. Devenu emblématique malgré sa disgrâce, connu de tous les Bruxellois qui l’empruntent pour passer de la place Poelaert au quartier populaire des Marolles, l’ascenseur Poelaert a été inauguré en 2002 au terme d’une longue réflexion pour relier le haut et le bas de la capitale. S’il joue son rôle de liaison – quoiqu’imparfaitement car de nombreuses pannes sont à déplorer chaque année – il n’en reste pas moins une balafre dans l’horizon bruxellois qui jure avec le classicisme grandiloquent du Palais de Justice.

C’est ce lundi lors d’une cérémonie en plénière à Strasbourg que les députés européens ont salué la mémoire du Président du Parlement, David Sassoli, décédé la nuit du 10 au 11 janvier dernier.  À l’ouverture de la cérémonie d’hommage où l'épouse et les enfants de David Sassoli étaient présents, la Présidente par intérim du Parlement européen, Roberta Metsola, a déclaré que « L’Europe perdait un leader, la démocratie un champion et nous avons perdu un ami (…) Cette assemblée honorera ton travail et conservera précieusement ton héritage », a-t-elle conclu. Passé l'heure des hommages, le successeur de David Sassoli pour la présidence du Parlement européen pour la seconde moitié de la législature 2019-2024 devrait être connu dans la journée. C’est ce lundi, soit une semaine après son décès, qu’hommage a été rendu au Président du Parlement européen, l’Italien David Sassoli. La cérémonie se déroulait en plénière au parlement de Strasbourg. «Il savait toujours comment traduire les valeurs auxquelles il croyait en actions concrètes », a souligné la Présidente par intérim du Parlement européen, Roberta Metsola, en rappelant que David Sassoli «s’était battu pour que le Parlement demeure opérationnel durant les mois les plus critiques de la pandémie et il nous a permis de voter des paquets législatifs très importants dont l’Europe et les citoyens européens avaient besoin.»

La hausse des demandes de chaudières depuis les inondations de l’été dernier n’a rien arrangé aux pénuries de pièces détachées déjà en cours depuis le printemps 2021. Aux yeux du secteur, les confinements répétés n’y sont pas pour rien non plus. Comme le présente, dans une étude récente réalisée par la Capeb, Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du Bâtiment, la pénurie de pièces électroniques et d’outils spécialisés continue de bouleverser le travail des  chauffagistes, notamment. Les fournisseurs et distributeurs de matériaux ont le sentiment d'être pris au piège et d'être forcés d'attendre que l'approvisionnement mondial se régule. Ils espèrent un retour à la normale d'ici l'été prochain. Si c'est le cas, le confinement du printemps 2020 aura bouleversé tout le secteur durant plus de deux ans, le temps qui lui aura fallu pour s'en remettre non sans conséquence. « C’est très paradoxal, nos carnets de commandes sont pleins mais les délais sont immenses, je n’ai jamais vu ça, c’est assez inédit », commente Raphaël Degey, à la tête de la maison Moulan, Distributeur au service des professionnels en matériaux pour le chauffage, l’industrie, la ventilation, le traitement des eaux et la construction dans le zoning de Thimister (Verviers).  Et le contexte international y évidemment pour beaucoup.

Le paradoxe du secteur 

« Les délais d’approvisionnement pour presque tous les types de pièces détachées ont augmenté d’une façon inouïe, je n’ai jamais vu ça en 25 ans de métier. C’est aussi le cas pour la hausse des prix, on n’a jamais vu ça. Le confinement de 2020 a fait beaucoup de tort et provoqué le ralentissement de productions de nombreux composants à l’échelon mondial. L’arrêt des entreprises de production durant de longs mois et les difficultés de la reprise et du transport mondial ont conduit à des pénuries et des retards dans tous les domaines ; c’est toute la chaîne logistique qui souffre », explique-t-il. Concernant les stocks, il précise, « Il nous faut soit anticiper ou stocker plus. Pour certains éléments, depuis deux ans, on a appris à le faire, mais arrive un moment où on manque un peu de tout, en tout cas, par exemple, pour l’installation de certaines chaudières ou encore les gros électroménagers ».