​BRABANT FLAMAND. Près de 7 ans après le lancement de Dog Chef, Alexandre Cardon, CEO et co-fondateur de Dog Chef avec Alexis d’Oultremont s’adressent désormais aussi à nos amis les chats de compagnie en lançant Cat Chef qui offre à son tour la même excellence culinaire aux chats avec des recettes fraîches et saines. Cat Chef, société sœur de Dog Chef, voit donc le jour en Belgique et propose à son tour 4 recettes de repas frais. Les chats (et leurs maîtres) n’ont qu’à bien se tenir.

Que pour les chats

BRUXELLES. Jeudi, les députés ont adopté ce jeudi des réformes sur le marché gazier de l’UE pour faciliter l’accès aux gaz renouvelables et à faibles émissions de carbone, y compris l’hydrogène. Ce projet de réforme vise Une nouvelle directive pour décarboner le secteur gazier et lutter contre le changement climatique  et encourage l’usage du biométhane et de l’hydrogène pour sortir du gaz fossile.  Les nouveaux textes législatifs ont également pour objectif de permettre aux pays de l’UE de pouvoir restreindre les importations en provenance de la Russie. Ce paquet législatif reflète les ambitions croissantes de l’UE en matière de climat, telles qu’énoncées dans le Pacte vert européen et le plan « Fit for 55 ». L’actualisation de la directive vise à décarboner le secteur de l’énergie et comprend des dispositions relatives aux droits des consommateurs, aux gestionnaires de réseaux de transport et de distribution, à l’accès des tiers et à la planification intégrée du réseau, ainsi qu’aux autorités de régulation indépendantes.

L’UCLouvain et l’ULiège voient leur projet conjoint d’infrastructures sportives retenu par le Gouvernement wallon. La candidature de Liège et de Louvain-la-Neuve pour la construction d’un pôle sportif d’excellence multidisciplinaire a été plébiscitée mercredi par le Gouvernement wallon dans le cadre de son plan de relance. Il s’agit d’un projet d’envergure qui répondra aux besoins du monde sportif de haut niveau en Wallonie. Les subsides accordés par la Wallonie à l’ASBL de gestion des centres sportifs du Sart Tilman et au complexe sportif de Blocry s’élèvent à plus de 60 millions d’euros, ce qui représente 75 % des investissements prévus. Le solde sera couvert par la Fédération Wallonie-Bruxelles, un des copropriétaires des deux centres sportifs universitaires.

C'est fait. La barre des 1000 signataires - entreprises, fédérations et organisations syndicales des États membres de l’Union européenne – a été franchie pour « la Déclaration d'Anvers pour un pacte industriel européen ».  Deux mois à peine après avoir été lancé lors du Sommet européen de l’industrie du 20 février dernier sur le site de BASF Anvers, en présence de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et du premier ministre belge, Alexander De Croo, le plaidoyer des industriels remportent tous les suffrages. Les chefs d’entreprise et partenaires sociaux signataires issus de 25 secteurs industriels différents plaident pour placer de déploiement d’une politique industrielle stratégique en tête des priorités de la prochaine Commission européenne.  La compétitivité internationale de l’industrie européenne est mise à rude épreuve, au moment même où les entreprises européennes doivent innover et investir massivement pour réaliser les ambitions du Green Deal. Pour maintenir des emplois de qualité en Europe et conserver une autonomie stratégique dans des secteurs économiques et des chaînes de valeur essentiels, il est urgent d’adopter une vision industrielle efficace à tous les niveaux politiques. Cela nécessite des choix politiques clairs et cohérents dans des domaines tels que l’énergie, la réglementation, les infrastructures, l’innovation et le financement.
Garantir l’approvisionnement en énergie et en matières premières, promouvoir l’innovation, renforcer le marché unique et stimuler la demande de produits durables(...)
La Déclaration d’Anvers est un signal d’alarme fort à l’attention des décideurs politiques en Wallonie, en Belgique et en Europe, afin qu’ils optent pour une politique industrielle stratégique dans l’intérêt de la prospérité et du bien-être des générations futures. C’est la compétitivité de l’industrie qui détermine le pouvoir d’achat de la population et la production durable de matériaux essentiels à la qualité de vie et au défi climatique.

BRUXELLES. Dans le cadre de la présidence Belge de l'UE, le roi Philippe a prononcé ce mercredi un discours en plénière devant le Parlement européen. C'est la première fois que notre souverain s’adressait au Parlement européen. Avant lui, seul, le roi Baudouin, s’était exprimé face aux députés européens. C'était en 1987, lors d’une session plénière à Strasbourg. Voici le Discours de Sa Majesté le Roi des Belges prononcé ce jour, à Bruxelles,  à l’occasion de la séance solennelle du Parlement européen au coeur de l'hémicycle, bâtiment Paul-Henri Spaak. Madame la Présidente, Chers (ères)  Parlementaires, Ici, à Bruxelles, les institutions européennes ont leur siège depuis le début. Et ce bâtiment Paul Henri Spaak, ainsi nommé en hommage au pionnier belge historique du projet européen, se trouve exactement au cœur de la démocratie européenne. Il représente les aspirations, les souhaits, préoccupations et aspirations de 450 millions de citoyens européens.
L’espoir est la conviction que nous pouvons faire quelque chose de mieux, quelque chose de plus élevé. Réaliser que notre contribution compte.
Chaque État membre exerce une présidence tournante du Conseil de l’Union. Un moment fort dans sa participation à la prise de décision européenne. Cela s’applique bien sûr aussi à la Belgique. Je suis donc très heureux que sous la présidence belge, et au sein de votre Assemblée, d’importants progrès législatifs ont été réalisés ces derniers mois. Dans les mois à venir, nous allons réfléchir fondamentalement à l’avenir de notre Union. Concernant la politique d’adhésion, des défis importants nous attendent. Nous continuerons à travailler avec conviction et engagement, car la croyance en l’Europe est dans notre ADN.

Alors que Liège ne s’en sort pas de son chantier du tram entamé voilà cinq ans, le Ministre wallon de la mobilité Philippe Henry (Ecolo) et Jean-Michel Soors, Administrateur général du TEC ont officiellement lancé hier le début des travaux de voiries de la première ligne de BUSWAY2 de Wallonie sur les hauteurs de la ville, au Sart-Tilman. Cette ligne reliera  un jour la Gare des Guillemins au Botanique du Sart-Tilman. Cette autre nouvelle alternative devrait à (long) terme profiter au désengorgement du nombre véhicules qui traversent au quotidien la cité ardente de bas en haut et vice versa. Pour l’heure, ce sont des travaux supplémentaires qui débuteront dès ce 15 avril. La mise en circulation de ces nouveaux longs bus électriques marquera aussi la fin de la savoureuse Ligne 48 fréquentée par tant d'étudiants de l'ULiège depuis des décennies. Voilà un chantier pour lequel une majorité de Liégeois, asphyxiés qu'ils sont déjà depuis cinq ans par celui du tram, auraient pu encore un peu patienter. Mais, en roue libre, le ministre wallon de la Mobilité a donné hier le premier coup de pelle à l’autre alternative de mobilité douce visant à favoriser le trafic en terre liégeoise, soit le BUSWAY, entendez par là, des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) long de 25 mètres. Il s’agit de la  première ligne de BUSWAY2 de Liège et de Wallonie. Une fois réalisée, celle-ci permettra de se connecter au tram liégeois, dès son lancement, toujours prévu, pour l’heure, l’année prochaine.

Les entrepreneurs Louis Gheysens, Thierry Willer et Jérôme Lhoist lancent le « Gang Group », un nouveau groupe international d’entertainment. Pour ce faire, ils ont acquis la maison de production française réputée Gang Films et le studio de design d’expérience français Merci Michel. L’agence vidéo belge StoryMe sera la pierre angulaire du groupe et devient dans la foulée Gang Content. L’acquisition de maisons de production françaises devrait permettre  au trio d’atteindre, d’ici la fin de l’année, un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros. Dans le courant de cette année, l’équipe de 50 personnes en France et en Belgique devrait s’agrandir de 20 experts supplémentaires. En outre, le groupe entend bien investir deux autres marchés stratégiques : la Suisse et le Moyen-Orient. Des bureaux en Asie et aux États-Unis devraient s’ouvrir ensuite en 2025. StoryMe a été fondé en 2013. Onze ans plus tard, l’agence devient l’une des pierres angulaires du Gang Group, le premier groupe de production audiovisuelle international belge. Avec Gang Films et Merci Michel, le groupe possède tout ce qu’il faut pour épater les consommateurs avec des expériences inédites.

La preuve par trois

« Notre ambition est de pouvoir réaliser tout ce qui passe sur un écran. C’est dans cette optique que nous créons ce groupe international d’entertainment inédit pour le continent européen. Avec ce nouveau groupe, nous intégrons tout le processus de production vidéo interactive en interne. Ainsi, nous pouvons convaincre les annonceurs et les agences de publicité en Europe depuis la Belgique et la France. Le reste du monde suivra ensuite ! », explique ​Louis Gheysens, co-CEO du Gang Group
Si une agence veut se développer dans le paysage actuel, il est impératif d’élargir son champ d’action et de se réinventer en permanence.  

Hier, le Parlement et le Conseil européen sont parvenus à un nouvel accord provisoire sur la prorogation des mesures commerciales temporaires en faveur de l’Ukraine. Il ressort de cet accord que les pourparlers avec l’Ukraine sur la libéralisation permanente du commerce débuteront prochainement, le Parlement y sera étroitement associé. En outre, L’accord prévoit des mesures de protection renforcées pour protéger les agriculteurs européens, un dispositif de frein d’urgence pour les produits sensibles avec une période de référence plus longue et la levée des droits de douane et des quotas pour l’Ukraine jusqu’en juin 2025. Les députés et la présidence du Conseil ont convenu ce lundi de suspendre les droits à l’importation et les contingents sur les exportations agricoles ukrainiennes vers l’UE pour une année supplémentaire, jusqu’au 5 juin 2025, afin de soutenir l’Ukraine dans un contexte de guerre d’agression brutale et continue. Ces mesures unilatérales de libéralisation des échanges contribueront à stabiliser l’économie ukrainienne et à faciliter l’intégration progressive du pays dans le marché intérieur de l’UE. En cas de perturbation importante du marché européen ou des marchés d’un ou de plusieurs pays de l’UE en raison des importations ukrainiennes, par exemple de blé, le règlement garantit que la Commission peut prendre des mesures rapides et imposer toutes les mesures qu’elle juge nécessaires.
Cet accord témoigne également de la solidarité et du soutien inébranlables de l’UE à l’Ukraine (...)